New York (/nuː ˈjɔrk/ Prononciation du titre dans sa version originale), officiellement City of New York, autrement connue sous les noms et abréviations de New York City ou NYC, est la plus grande ville des États-Unis et l’une des plus importantes du continent américain.

Elle se situe dans le Nord-Est des États-Unis, sur la côte atlantique, à l’extrémité sud-est de l’État de New York. La ville de New York se compose de cinq arrondissements appelés « boroughs » : Manhattan, Brooklyn, Queens, le Bronx et Staten Island.

Entre 1785 et 1790, la ville de New York fut la capitale des États-Unis. Elle est la plus grande ville du pays depuis 1790.


New York exerce un impact significatif sur le commerce mondial, la finance, les médias, l’art, la mode, la recherche, la technologie, l’éducation et le divertissement. Elle regroupe aujourd’hui l’ensemble des caractéristiques d’une ville mondiale ; elle est même parfois considérée comme « la capitale du monde ». Si elle n’est plus la capitale fédérale des États-Unis depuis plus de deux sièclesnotes , New York n’en est pas moins la ville la plus peuplée du pays avec 8 175 133 habitants selon le Bureau du recensement des États-Unis (2010). Au cœur de la mégalopole du BosWashnotes, son agglomération de 19 069 796 habitants s’étend sur plusieurs comtés de l’État de New York et empiète sur deux états limitrophes : le New Jersey et le Connecticut. Son aire urbaine compte, en 2009, 22 231 312 habitants.

New York est l’une des villes les plus cosmopolites du monde, en effet il existe de nombreux quartiers ethniques où résident de nombreuses communautés. Les quartiers les plus connus sont sans conteste Little Italy, ou encore Chinatown qui intègre la plus forte concentration de population chinoise des Amériques.

De nombreux quartiers et monuments de la ville de New York sont devenus populaires parmi les quelques 50 millions de visiteurs annuels. Times Square, iconifiée comme « The Crossroads of the World », est la plaque tournante du spectacle dans le pays tout entier et le quartier des théâtres de Broadway, l’une des intersections les plus populaires, et un centre majeur de l’industrie du divertissement au monde. La ville abrite un grand nombre de ponts, gratte-ciel et parcs de renommée mondiale. Le quartier financier de New York, ancré par Wall Street dans le Lower Manhattan, fonctionne comme la « capitale financière du monde » et est le foyer de la Bourse de New York. Le marché immobilier de Manhattan est parmi les plus chères dans le monde.

Enfin, New York accueille des institutions d’importance mondiale. On peut notamment citer le siège de l’ONU, le New York Stock Exchange, mais aussi de nombreux sièges de multinationales et des centres culturels tels que le Metropolitan Museum, le Brooklyn Museum, le MoMA, le Lincoln Center. De nombreux collèges et universités réputés sont situés à New York, y compris l’Université de la Ville de New York, l’Université Columbia, l’Université de New York, et l’Université Rockefeller, qui sont classés parmi le top 50 des universités dans le monde.

Histoire
Exploration et colonisation
Avant l’arrivée des Européens, le territoire de l’actuelle New York était peuplé par des Amérindiens Lenapes . En 1524, le navigateur italien Giovanni da Verrazzano, missionné par le roi de France François Ier, fut le premier Européen à explorer la baie de New York, qu’il baptisa Nouvelle-Angoulême. En 1609, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales engagea l’explorateur anglais Henry Hudson pour découvrir une nouvelle route maritime vers les Indes. Il entra dans la baie de New York et remonta le fleuve qui porte aujourd’hui son nom. En 1624, la région devint officiellement une possession néerlandaise sous l’égide de la Compagnie des Indes orientales. Trente familles protestantes s’installèrent au sud de Manhattan formant la colonie de la « Nouvelle-Amsterdam ». En 1626, le directeur de la colonie Pierre Minuit acquit l’île auprès des Lénapes. En 1647, Pieter Stuyvesant fut nommé directeur-général de la colonie pour remplacer Willem Kieft, dont l’administration s’était attirée les foudres des colons depuis que les relations avec les Amérindiens avaient dégénéré en de violents affrontements durant les années 1640.

New York anglais (1664-1783)

En 1664, les Anglais conquirent la Nouvelle-Amsterdam qui fut rebaptisée « New York » en l’honneur de Jacques, duc d’York et frère du roi Charles II. L’anglicanisme devint la religion officielle de la colonie en 1698. La ville se développa rapidement : en 1700, elle comptait près de 5 000 habitants. Les premières institutions culturelles furent fondées comme le King’s College en 1754. Le commerce se diversifia et se développa notamment grâce à l’aménagement du Great Dock sur l’East River en 1676.

En 1765, le Parlement britannique vota le Stamp Act. Cette loi imposant un droit de timbre sur les journaux et les documents officiels britanniques provoqua la réunion à New York du Stamp Act Congress en octobre. Les délégués des treize colonies britanniques d’Amérique protestèrent contre la taxe qui fut abrogée l’année suivante. New York vit naître le mouvement des Fils de la Liberté qui contestaient la présence coloniale anglaise. Les incidents se multiplièrent et New York devint une place stratégique dans la guerre d’indépendance américaine (1775-1783). Le général américain George Washington fit fortifier la ville et prit personnellement le contrôle de l’Armée continentale en 1776. Mais les insurgés américains furent battus à la bataille de Long Island et un quart de la ville fut réduit en cendres. La ville resta aux mains des Britanniques jusqu’en 1783, date de la fin de la guerre d’indépendance.

En 1785, le Congrès continental s’installa à New York, qui fit dès lors office de capitale provisoire des États-Unis. Mais, sous la pression de Thomas Jefferson, le Congrès déménagea à Philadelphie cinq ans plus tard. En 1789, le premier Président américain, George Washington, prêta serment sur la Bible au balcon du Federal Hall dans le sud de Manhattan.

Croissance de la ville (1783-1900)

À partir des années 1790, la ville de New York connut une importante croissance démographique et devint la plus peuplée des États-Unis en 1820. En 1811, le Commissioners’ Plan imposa le plan hippodamien pour le développement de la ville.

À la suite des épidémies de choléra, la municipalité décida de porter ses efforts sur l’adduction d’eau et les égouts : un service des égouts fut fondé en 1849 et des bains publics furent ouverts dans les années 1850. Un aqueduc fut mis en chantier en 1842 afin d’apporter l’eau de la rivière Croton. Au milieu du siècle, le Central Park fut aménagé au cœur de Manhattan. Plusieurs bâtiments publics de style néoclassique sortirent de terre. En 1898, la ville de New York est divisée en cinq districts (boroughs): Manhattan, Brooklyn, Bronx, Queens et Staten Island.

Avec le développement des transports en commun et de l’industrie, l’agglomération new-yorkaise s’agrandit rapidement dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Les New-yorkais les plus pauvres s’entassèrent dans des appartements étroits et insalubres appelés tenements : en 1890, un million d’habitants vivent dans 37 316 de ces logements. Les classes moyennes s’implantèrent dans les banlieues.

Au milieu du XIXe siècle, plus de la moitié des New-yorkais étaient nés à l’étranger ; entre 1820 et 1890, plus de dix millions d’immigrants, essentiellement irlandais et allemands, s’installèrent dans la métropole, fuyant la crise économique et les persécutions qui avaient lieu en Europe. Des quartiers « ethniques » se constituèrent à Manhattan et chaque communauté développa ses réseaux d’entraide, ses associations et ses journaux. Les Allemands s’installent dans le quartier appelé « Little Germany » au sud-est de Manhattan ; au milieu du XIX° siècle, New York est, derrière Berlin et Vienne, la 3° plus importante ville germanophone du monde avec 600.000 immigrés allemands. Les tensions entre ces communautés dégénèrent parfois en émeutes : celles de 1871 entre catholiques et orangistes se soldèrent par 65 morts. Mais les émeutes les plus graves de l’histoire de New York furent liées la Guerre de Sécession : les Draft Riots de 1863 firent une centaine de morts.

Le développement économique de New York fut facilité par la modernisation et l’extension des réseaux de transport : le canal Champlain (1823) et le canal Érié (1825) reliaient New York à son arrière-pays et aux Grands Lacs. Les liaisons ferroviaires se multiplièrent à partir des années 1830 et Grand Central devint la principale gare de New York les années 1870. Sur mer, les lignes transatlantiques reliaient New York à l’Europe par les paquebots.

Le port devient le premier du pays ; les installations durent s’agrandir dans les années 1850-1860, notamment à Brooklyn et au New Jersey. Les premières jetées maçonnées (les Piers) apparurent dans les années 1870. En 1900, le port de New York était le premier du monde55. Avec la Révolution industrielle, les usines, les manufactures et les ateliers furent de plus en plus nombreux. La place fit rapidement défaut sur l’île et de nombreuses industries s’implantèrent dans les quartiers périphériques. Les principales activités de l’agglomération étaient alors liées au secteur agro-alimentaire, au textile (filatures, ateliers de confection), aux constructions navales et à l’imprimerie56. Vers 1900, New York était la ville industrielle la plus importante des États-Unis.

C’est également au XIXe siècle que New York se positionna comme premier centre des affaires du pays : la vocation financière de la métropole se développa avec la création de la Bank of New York en 1784 et l’ouverture de la Bourse en 1792. Plus tard, des bourses spécialisées furent fondées (bourse aux grains en 1850, au coton en 1868). L’indice boursier du Dow Jones fut créé en 1896. Les grandes enseignes telles que Macy’s et Bloomingdale’s virent le jour dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Broadway devint l’artère commerçante de la ville.

New York, métropole mondiale (1900-1945)

Au cours de la première moitié du XXe siècle, la ville devint un centre d’envergure internationale. La croissance urbaine nécessita toujours plus d’investissements dans les transports. Ainsi, l’Interborough Rapid Transit, la première compagnie de métro, vit le jour en 1904. En 1913, la principale gare, Grand Central Terminal fut reconstruite. La densification du trafic automobile amena la municipalité à penser un nouveau plan d’urbanisme et à relier Manhattan par de nouvelles infrastructures : ponts, tunnels (Holland Tunnel) et voies rapides (parkways).

Avec la multiplication des sièges sociaux d’entreprises et le manque de place, les gratte-ciel se multiplièrent dans deux quartiers : le sud de Manhattan et Midtown. En 1929, New York compte déjà 188 immeubles de plus de 20 étages. Le Chrysler Building et l’Empire State Building deviennent des symboles de la modernité new-yorkaise dans l’Entre-Deux-Guerres. Le problème du logement subsistait à New York : 40 000 tenements (camps de fortune) furent détruits dans les années 1920 et des logements sociaux furent construits. La Grande Dépression des années 1930 jeta à la rue des milliers de New-Yorkais. La loi Wagner-Steagall de 1937 permit la construction de grands ensembles.

New York, en particulier Ellis Island où transitèrent 16 millions de personnes, resta pendant plusieurs décennies la principale porte d’entrée des immigrants aux États-Unis. Dans la première moitié du XXe siècle, ces derniers venaient d’Europe orientale et méditerranéenne. Les Afro-américains affluèrent également du Sud du pays et se concentrèrent dans des quartiers comme Harlem. Après la Seconde Guerre mondiale, l’immigration changea de nouveau pour venir d’Amérique latine, d’Asie et d’Afrique.

New York devint par ailleurs un centre culturel d’importance mondiale. Ce rôle s’amplifia vers la fin des années 1930 avec l’afflux de réfugiés européens, qui comportaient de nombreux intellectuels, musiciens et artistes. Les quartiers de Greenwich Village et de Harlem devinrent les principaux lieux de création artistique et littéraire. Avec l’Armory Show (1913) puis l’ouverture du Museum of Modern Art (1929), du Whitney Museum of American Art (1931) et du Musée Solomon R. Guggenheim (1937), New York devint l’une des capitales mondiales de l’art moderne. Malgré la concurrence de Los Angeles, New York resta jusqu’en 1945 un centre cinématographique majeur : elle exerçait le contrôle financier de l’industrie du 7e art, produisait des films dans ses studios et possédait de très nombreuses salles de projection. Les nouveaux médias se développèrent dans la cité : tabloïds, chaînes de radio (CBS et NBC).

En 1919, New York fut secouée par des grèves massives65. Le 16 septembre 1920, un attentat à la bombe souffla les bureaux du siège de la compagnie J.P. Morgan Inc. à Wall Street, faisant 38 morts et 200 blessés. Les années 1920 furent également marquées par la prohibition, avec l’ouverture des speakeasies. La « grosse pomme » n’échappa pas à la Grande Dépression économique des années 1930 ; c’est d’ailleurs à la bourse de Wall Street que se manifesta le krach de 1929 qui donna lieu à une crise mondiale. Le chômage et la misère augmentèrent rapidement et des bidonvilles se développèrent.

Difficultés et rayonnement (1945-aujourd’hui)

Après la Seconde Guerre mondiale, New York connut cependant un relatif déclin, perdit de ses habitants, et son tissu industriel commença à vieillir. La crise des années 1960-1970 engendra des friches industrielles dans le Bronx et le Queens. Ainsi, le chantier naval de Navy Yard ferma ses portes en 1966. Entre 1953 et 1992, New York perdit quelque 700 000 emplois industriels. La place du port de New York recule. En revanche, la ville affermit sa position mondiale avec l’installation des institutions permanentes de l’ONU. L’exposition universelle de la foire internationale de New York 1964-1965 attira des millions de visiteurs.

New York s’affirma comme capitale de l’expressionnisme abstrait, rivalisant avec Londres sur le marché de l’art. La contre-culture s’épanouit à New York dans les lettres et les arts. Le Off-off Broadway proposait une alternative au théâtre commercial. Le Pop Art dénonçait la société de consommation. Frank Stella expérimenta le minimalisme et Christo proposa aux New-Yorkais des œuvres éphémères. Les fresques murales se multiplièrent sur les murs de la ville. La culture de la rue (graffiti, hip-hop) prit leur essor dans les années 1980. Cependant, New York se vit de plus en plus concurrencée par d’autres pôles dans le pays, en particulier ceux de la Sun Belt (Los Angeles, San Francisco).

Les années 1960 furent aussi marquées par des tensions raciales, et New York s’imposa rapidement comme un lieu clé du mouvement des droits civiques. Parmi les événements les plus marquants du mouvement, on peut citer les émeutes de juillet 1964) et les diverses manifestations sociales (grèves des transports en 1966, manifestations contre la guerre du Vietnam). La municipalité confia à Robert Moses le soin de détruire les taudis, de rénover certains blocks et de construire des logements sociaux. En 1968, Harlem connut de nouvelles émeutes suite à l’assassinat de Martin Luther King Jr..

Entre 1940 et 1990, Manhattan perdit 500 000 habitants, Brooklyn 400 000 et le Bronx 300 000. Cependant, les banlieues résidentielles continuèrent de s’étendre grâce au réseau autoroutier et à la construction de nouveaux ponts tels le Pont Verrazano en 1964.

Les années 1970 sont souvent considérées comme le point bas de l’histoire de New York, en raison des taux de criminalité élevés assortis de divers désordres sociaux qui débutèrent dès les années 1960, en particulier avec les émeutes de Stonewall en 1969. Dans un contexte de stagflation aux États-Unis et de maintien en parallèle de dépenses sociales élevées à New York, les dépenses de la municipalité explosèrent, conduisant l’État fédéral à se désengager. Finalement, en 1975, le président Gerald Ford autorisa le Trésor américain à injecter 2,3 milliards de dollars par an dans le budget municipal pour sauver la ville de la banqueroute. Par la suite, la désindustrialisation et le déclin démographique poussèrent la ville au bord de la faillite. De nombreuses infrastructures urbaines furent laissées à l’abandon, faute de subventions. Parallèlement, l’immense World Trade Center fut inauguré au cours d’une cérémonie grandiose en 1973. Plusieurs quartiers s’enfoncèrent alors dans la criminalité et la drogue, comme Harlem ou South Bronx. Le phénomène s’accompagna même d’une chute brutale de la population.

Le rebond de Wall Street, dans les années 1980, malgré le Krach de 1987, permit à New York de retrouver son rôle de leader dans la sphère économique et financière mondiale et l’équilibre budgétaire de la ville fut rétabli en 1981. Au début des années 1990, New York dépassa Londres pour les activités financières et bancaires.

Les années 1990 furent marquées à New York par un premier attentat terroriste contre le World Trade Center (1993). En l’espace de quelques années, le maire Rudolph Giuliani parvint à faire de Big Apple une ville sûre et attractive pour les investisseurs. Il lutta contre la délinquance (politique de la Tolérance zéro, réformes de la police), les mafias familiales dans les quartiers sensibles et contre les délits d’initiés à Wall Street. La gentrification de certains quartiers (Harlem) et l’implantation d’industries de pointe dans la Silicon Alley marquent le renouveau de la métropole.

New York fut frappée par les attentats du 11 septembre 2001 qui firent près de 3 000 morts, des centaines de blessés et des dégâts considérables dans le Financial District. Le World Trade Center est actuellement en cours de reconstruction. À partir de 2007, la capitale mondiale de la finance subit la crise des subprimes. Deux événements survenant au troisième trimestre 2008 symbolisent à eux seuls l’impact de la tempête financière sur la ville : la faillite de Lehman Brothers et le scandale Madoff.

 

Symboles et surnoms

Le drapeau de New York porte les mêmes couleurs (sur des barres aux dimensions égales) que le drapeau des Provinces-Unies tel qu’il était utilisé en 1625, l’année où Manhattan fut colonisée. En son centre est reproduit, en bleu, le sceau de la ville. Sur ce dernier figurent plusieurs éléments symboliques : l’aigle représente l’État de New York. L’Amérindien évoque les premiers habitants de la région, tandis que le marin évoque les colons : leur évocation conjointe confère l’idée d’une union entre les deux peuples. Le castor fait référence à la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales. Le baril et la fleur font référence aux premiers temps de l’industrie new-yorkaise. Le moulin à vent est un rappel de l’histoire néerlandaise de New York. Quant à Eboracum, c’était le nom de la ville de York à l’époque romaine.

En reportage à la La Nouvelle-Orléans, John J. Fitz Gerald entendit les valets d’écurie appeler les champs de course de New York, « The Big Apple » (dans le sens the big apple = the biggest bet = le plus grand pari). Le terme lui plut et il donna comme titre à sa chronique Around the Big Apple. Dix ans plus tard, de nombreux musiciens de jazz commencèrent à utiliser le terme de Big Apple pour désigner New York, et plus particulièrement le quartier de Harlem (à Manhattan), considéré comme la capitale mondiale du jazz. Ils disaient qu’il y avait beaucoup de pommes sur les arbres du succès, mais que, quand vous sélectionnez New York City, vous sélectionniez LA grosse pomme. En 1971, cette expression prit toute son ampleur grâce à Charles Gillett (président du NY Convention and Visitors Bureau) qui lança une campagne publicitaire sur le thème de la Big Apple. Celle-ci fut relayée par l’agence BBH London qui lança cette expression en Angleterre. Depuis, cette expression est devenue courante. 35 % des Anglaisnotes 3 affirment même qu’elle est typiquement anglaise et non d’origine américaine.

wikipedia et toute les sources d'information

Tags:

 

Faire un commentaire pour : New York