Chicago est la troisième plus grande ville des États-Unis, située dans l’État de l’Illinois. C’est la plus grande ville de la région du Middle West. Elle se trouve sur la rive sud-ouest du lac Michigan, un des Grands Lacs de l’Amérique du Nord. Les rivières Chicago et Calumet traversent la ville. Fondée en 1770, Chicago devient une municipalité en 1833 et acquiert officiellement le statut de ville en 1837. Elle est le chef-lieu du comté de Cook.

La ville de Chicago compte 2 695 598 habitants et s’étend sur une superficie de 606 km². Ses habitants s’appellent les Chicagoans (ou plus rarement Chicagolais). L’agglomération de Chicago est la troisième des États-Unis avec une population de 8 711 000 habitants s’étendant sur 5 498 km². L’aire métropolitaine de Chicago (Chicago metropolitan area), communément appelée « Chicagoland », compte 9 785 747 habitants et s’étend sur 28 163 km², ce qui en fait la quatrième aire urbaine d’Amérique du Nord après Mexico, New York et Los Angeles.

Chicago est le deuxième centre industriel des États-Unis et appartient à la « Ceinture des industries » (Manufacturing Belt), mais la ville est aussi l’une des plus importantes places financières du monde et la première bourse de matières premières agricoles au monde. C’est à Chicago que sont fixés les prix du blé et du soja aux États-Unis. La ville se classe au troisième rang national pour le nombre d’entreprises implantées dans son agglomération. Les plus importantes sont Motorola, Boeing, United Airlines, McDonald’s, Sears ou encore les laboratoires Abbott. D’autres entreprises y ont été créées comme Hertz, l’une des plus grandes enseignes de location de voiture. L’industrie emploie encore un million de personnes dans la région.


Grâce à sa situation exceptionnelle, la ville constitue un centre de communication majeur de voies terrestres (l’un des plus importants en Amérique du Nord), et de transports aériens avec ses deux aéroports internationaux, O’Hare et Midway. Elle acquiert une grande renommée culturelle grâce à son architecture de gratte-ciel et attire des millions de visiteurs chaque année. En effet, la Willis Tower (appelée « Sears Tower » jusqu’au mois de juillet 2009) est, de 1974 à 1998, le plus haut gratte-ciel du monde et reste, en 2012, l’immeuble le plus haut du continent américain. La ville compte de nombreux établissements d’enseignement supérieur, des musées prestigieux, des théâtres réputés et un orchestre symphonique de renommée mondiale.

Géographie

Situation et cadre physique

Chicago se situe dans le centre-nord des États-Unis, plus précisément dans le nord-est de l’État de l’Illinois, dont la capitale est Springfield. Elle se trouve au centre du Middle West, une entité géographique comprenant huit États de la région des Grands Lacs. Ses coordonnées géographiques sont 41°52′55″N 87°34′40″O , soit la même latitude que Barcelone ou Rome. Au cours des XIXe et XXe siècles, le territoire de la ville de Chicago se développe vers l’ouest et sur les rives du lac Michigan et atteint une longueur nord-sud d’environ 45 km sur une largeur est-ouest de 25 km, comprenant une superficie totale de 606 km². La majeure partie de la ville de Chicago se situe dans le comté de Cook alors qu’une partie du secteur, où se trouve l’aéroport international O’Hare, est située dans le comté de DuPage.

Chicago se trouve à environ 1 000 km de Washington, D.C., la capitale fédérale, à 1 300 km à l’ouest de New York et à 3 300 km au nord-est de Los Angeles. Enfin, Chicago appartient à trois ensembles économiques importants : la région industrielle de la Manufacturing Belt, la région agricole du Middle West et la voie de transport des Grands Lacs. Cette situation avantageuse explique en partie l’essor de l’agglomération.

La ville a une altitude moyenne d’environ 176 mètres au-dessus du niveau moyen de la mer. Le point le plus élevé (224 m) se trouve au sud de la ville, dans le quartier résidentiel de Hegewisch. Le site de Chicago a longtemps été une plaine marécageuse (Chicago Plain) drainée par la rivière Chicago et la rivière Calumet. Plus à l’ouest coule la rivière Des Plaines qui se jette dans l’Illinois, un affluent du Mississippi. Chicago se trouve donc sur ligne de partage des eaux entre l’Atlantique et le Golfe du Mexique. Tous ces cours d’eau sont reliés entre eux par des canaux. Dans le sud-est de la ville se trouve le lac Calumet, une grande étendue d’eau qui, autrefois, se déversait par l’émissaire de la rivière Calumet vers le lac Michigan par l’intermédiaire de deux bras, le petit Calumet et le grand Calumet.

Chicago repose sur un soubassement rocheux datant du Silurien (entre 443,7 à 416 millions d’années) recouvert par les dépôts sédimentaires au cours de la dernière glaciation du quaternaire (Equality Formation). Le Lac Michigan se forme à la fin de la dernière ère glaciaire (glaciation du Wisconsin), il y a environ 10 000 ans, quand l’inlandsis Laurentidien recule en laissant de grandes quantités d’eau de fonte. La région des Grands Lacs fait partie de la grande dépression centrale d’Amérique du Nord s’étendant vers le sud en direction de la plaine du Mississippi. Une partie de la rive actuelle est l’effet d’une poldérisation réalisée avec les remblais du grand incendie de 1871. Le lac Michigan a toujours représenté une source d’eau potable et une voie de transport importante, faisant la liaison avec les autres Grands Lacs. Il a permis l’installation du port de Chicago et le développement d’activités de loisirs.

Climat

Chicago subit un climat continental humide. Située à l’intérieur des terres, la ville est marquée par le caractère continental du climat et la circulation méridienne des masses d’air : la température moyenne annuelle est inférieure à 10 °C. L’amplitude thermique annuelle est forte (29 °C) ; les précipitations qui sont à peine supérieures à 900 mm par an sont plus irrégulières que sur le littoral atlantique et le maximum arrive en été, souvent sous forme d’orages. La température et le temps peuvent changer brutalement en hiver comme en été.

Les hivers sont froids voire rigoureux : le gel persiste longtemps, généralement de novembre à mars. Il est engendré par les descentes d’air froid (cold waves) depuis le Canada qui ne trouvent aucun obstacle montagneux. Le lac Michigan gèle partiellement chaque hiver. Si la neige peut tomber au début de l’automne et du printemps, elle est plus importante en hiver. Le blizzard se manifeste en hiver et peut paralyser les transports. Sur l’année, il tombe en moyenne 97 cm de neige.

Les étés sont chauds et humides à cause des vagues de chaleur (hot waves) qui remontent du golfe du Mexique et qui provoquent des canicules puis les fameux « étés indiens » au début de l’automne. Le surnom de la « Ville des vents » (Windy City) vient en partie du fait des vents qui soufflent depuis le lac Michigan et qui s’engouffre dans les rues de la métropole. Il existe des nuances climatiques dans l’agglomération : le climat est plus tempéré sur les rives du lac Michigan, qui agit comme un régulateur thermique en rafraîchissant les températures en été, en les rendant plus douces en hiver.

40,5 °C est le record de chaleur relevé le 24 juillet 1934 ; -32,7 °C est le record de froid relevé le 20 janvier 1985. La rafale la plus violente jamais enregistrée a lieu le 12 février 1894 : 140 km/h. Au mois de juillet 1995, une canicule avec plusieurs jours consécutifs à plus de 37 °C provoque la mort de centaines de personnes. Le 27 janvier 1967, la hauteur de neige atteint les 58,4 cm en moyenne avec des congères d’environ 1,80 mètre dans certaines rues. Une autre tempête de neige, en 1979, génére de nombreuses critiques à l’encontre de la municipalité de Chicago. Les blizzards de 1967 et 1979 sont les plus virulents de l’histoire de Chicago.

Downtown Chicago
Loop

Le quartier du Loop représente une partie de Central, communément appelé Downtown Chicago, qui est le deuxième plus important quartier d’affaires (Central Business District) des États-Unis après Manhattan à New York. Le quartier du Loop s’étale sur environ 8 kilomètres de long entre les rives du lac Michigan et celles de la rivière Chicago et présente la particularité de posséder un réseau de rues qui s’enchevêtrent sur un triple niveau (voir le plan ci-contre), dont quelques-unes sont réservées aux piétons et aux bicyclettes.

Streeterville

Situé dans le secteur de Near North Side, le quartier de Streeterville comprend de nombreux hôtels, des restaurants, des boutiques de luxe, des immeubles résidentiels de grande hauteur, des universités, des installations médicales, et des lieux culturels. Le quartier connait, ces dernières années, un essor économique et de nombreux terrains vagues dans Streeterville sont reconvertis en propriétés résidentielles et commerciales. Le quartier historique de Old Chicago Water Tower se trouve à Streeterville. Il renferme dans ses limites des édifices prestigieux comme le Chicago Water Tower, un château d’eau en forme de tour de style néogothique, et la Pumping Station, une station de pompage datant tous les deux de 1869.

Principaux quartiers ethniques

Chinatown

Situé dans le secteur d’Armour Square, le quartier chinois est très caractéristique, avec son hôtel de ville chinois, son temple chinois et le musée Ling Long, qui abrite les descendants des premiers immigrants chinois arrivés dans la ville vers 1870, longtemps après les premiers peuplements de la Californie, de l’Oregon et de Washington, et ceux de la seconde vague d’immigration, qui s’y établissent dans les années 1950 et 1960, après la victoire de la révolution communiste de Mao Zedong en Chine.

Le quartier chinois de Chicago est également réputé pour ses nombreuses banques, ses restaurants chinois, ses boutiques, ses épiceries, ses magasins de médecine chinoise, et possède un grand nombre de services destinés aux personnes s’intéressant à la culture chinoise, y compris des écoles dispensant l’apprentissage des langues chinoises, en particulier du dialecte cantonais. Ce quartier constitue, outre un centre communautaire chinois, un centre d’affaires pour les chinois dans le Middle West, ainsi qu’une destination touristique. Le quartier chinois de Chicago est, en importance démographique, le troisième du pays, derrière ceux de New York et de San Francisco.

Chicago possède d’autres quartiers asiatiques, comme Little Vietnam qui se trouve en dehors du Loop, dans le secteur de Uptown.

Bronzeville

Bronzeville est un quartier afro-américain de Chicago. Il est situé à cheval sur les secteurs de Douglas et Grand Boulevard autour de l’Institut de Technologie de l’Illinois. Il est accessible par l’intermédiaire des lignes verte et rouge du Chicago Transit Authority, ou par la ligne principale de la voie de chemin de fer du Metra.

Dans ce quartier se trouvent le Wabash Avenue YMCA, historiquement un important centre social, et la Ida B. Wells-Barnett House, résidence de l’avocate des droits civils Ida B. Wells. Érigé en 1927 dans Bronzeville, le Victory Monument est dédié au huitième régiment de la Garde nationale de l’Illinois, une unité afro-américaine qui sert en France pendant la Première Guerre mondiale.

Pilsen

À la fin du XIXe siècle, ce quartier est habité par les immigrés tchèques qui le nomment Pilsen, du nom d’une région et d’une ville tchèques. Il reçoit également, en plus petit nombre, d’autres groupes ethniques de l’empire austro-hongrois : des Serbes, des Slovaques, des Slovènes, des Croates et des Autrichiens, mais aussi des immigrés d’héritage polonais et lituanien. Au début du XXe siècle, ces immigrés travaillent en nombre dans les parcs industriels et les usines environnantes, qui sont alors autant de voisinages urbains américains. Pilsen est autant peuplé de riches et que pauvres, ses habitants, pour la plupart de descendance slave, n’étant pas spécialement les bienvenus dans les autres quartiers résidentiels de Chicago. Aujourd’hui Pilsen est un quartier mexicain, composé essentiellement de lotissements résidentiels.

Architecture

L’architecture de Chicago a pendant longtemps influencé et reflété l’histoire de l’architecture américaine. La ville de Chicago comprend certains des bâtiments figurant parmi les premiers à être réalisé par des architectes reconnus dans le monde entier. Comme la plupart des bâtiments du centre-ville ont été détruits par le grand incendie de Chicago en 1871, les bâtiments de Chicago sont réputés pour leur originalité plutôt que pour leur ancienneté.L’Exposition universelle de 1893 fut l’occasion de mettre en œuvre les théories du mouvement City Beautiful et de construire des bâtiments de styles Beaux-Arts et néoclassique comme le Musée Field d’histoire naturelle, le Musée de la Science et de l’Industrie, le Chicago Cultural Center ou encore l’Institut de l’art de Chicago.

C’est au début des années 1880 que l’école d’architecture et d’urbanisme de Chicago acquit sa renommée internationale dans la construction en armature d’acier, puis, à partir des années 1890, dans l’utilisation des vitres pour les façades. Jusque les années 1900, l’architecture de Chicago sera marquée par les réalisations de l’école par des architectes comme Daniel Burnham, Dankmar Adler, Louis Sullivan, William Holabird, Martin Roche ou encore John Wellborn Root. Parmi les premiers bâtiments modernes de la ville, le Home Insurance Building, construit en 1885 par William Le Baron Jenney est souvent considéré comme étant le premier gratte-ciel. Bien que la majeure partie du bâtiment était faite de brique et de pierre, il est le premier immeuble de grande hauteur à ossature métallique avec des colonnes en fonte et des poutres en acier. Les architectes de l’école de Chicago se concentrent sur les bases d’une architecture spécifiquement américaine qui favorise la simplicité des formes. Au début du XXe siècle, Chicago fut le principal foyer de la Prairie School avec les bâtiments dessinés par Frank Lloyd Wright, dont beaucoup sont classés Chicago Landmarks.

Le bâtiment de Montauk, conçu entre 1882-1883 par le John Wellborn et Daniel Burnham, fut le premier immeuble dont l’acier était le principal matériau pour la construction. Dans son livre sur l’Exposition universelle de 1893, Erik Larson déclare que le Montauk est devenu le premier bâtiment à s’appeler un « gratte-ciel ». En 1885, le premier gratte-ciel à charpente d’acier s’éleva à Chicago, déclenchant l’ère des gratte-ciel aux États-Unis, notamment à New York, puis dans le reste du monde. Dans le milieu des années 1890, Daniel Burnham, Racine et Charles Atwood conçurent des immeubles avec des armatures en acier, du verre et de la terre cuite. Ceux-ci ont été rendus possibles grâce aux entrepreneurs modernes comme George A. Fuller et aux ingénieurs professionnels, en particulier ceux issus de la migration européenne.

Comme les autres métropoles américaines, l’architecture de Chicago se caractérise par une grande diversité. Ainsi, les bâtiments du campus de l’Université de Chicago, plusieurs églises, par exemple la Second Presbyterian Church, le Chicago Temple Building, et la Tribune Tower, sont de style néogothique. Le style Art déco s’est imposé à la fin des années 1920 et a explosé en 1930 avec notamment le Chicago Board of Trade Building, le Merchandise Mart, ou encore le Carbide & Carbon Building. Le Style international s’est surtout imposé après 1945 avec le Crown Hall. Enfin, les quartiers ethniques se distinguent par leurs styles architecturaux importés : Chinatown, églises orthodoxes à bulbes, entre autres. Dans les années 1960-1970, le désir de préserver le patrimoine architectural de la ville se développa. En 1966 fut créée la Chicago Architecture Foundation, pour permettre la sauvegarde de la John J. Glessner House construite par l’architecte Henry Hobson Richardson, l’une des plus anciennes demeures de Chicago.

Aujourd’hui, le panorama urbain de Chicago compte parmi les plus importants du monde. En effet, au mois d’août 2009, il y avait 1098 gratte-ciel dans la ville, ce qui fait de Chicago la seconde métropole du continent américain derrière New York à posséder autant d’immeubles de grandes hauteurs dans ses limites municipales. Par le nombre de gratte-ciel, Chicago est la quatrième ville dans le monde après Hong Kong, New York et Tokyo. Les bâtiments historiques du centre ville incluent le Chicago Board of Trade (Bourse de commerce de Chicago) dans le Loop, et d’autres immeubles situés en bordure du lac Michigan et de la rivière Chicago. Deuxième centre d’affaires derrière celui de Manhattan, le Central business district possède le plus haut immeuble du continent américain, la Willis Tower ; achevée en 1974 et comprenant 108 étages, la tour fut avec ses 442 mètres le plus haut gratte-ciel du monde de 1974 à 1998. Des gratte-ciel actuellement en construction ou déjà construits comme la Waterview Tower, le Trump International Hotel and Tower, et la Chicago Spire (dont le projet est mis en attente depuis fin 2008), redessinent le panorama urbain de Chicago.

Le code postal 60602 est considéré par le magazine Forbes comme étant le plus charismatique dans le pays, comprenant dans ses limites des bâtiments et lieux prestigieux tels que la tour mixte The Heritage et le parc à thèmes Millennium Park. La dernière génération de gratte-ciel Chicagoans se trouve dans les secteurs de Near North Side et Near South Side, situés respectivement au nord et au sud du quartier du Loop. En effet, si la grande majorité des immeubles de grande hauteur se situe dans le Loop, le quartier des affaires de la ville (Central business district) s’étend depuis plusieurs années sur les secteurs limitrophes. Des genres multiples de maisons urbaines, de condominiums et d’immeubles peuvent être trouvés dans les différents quartiers de Chicago. Situées en bordure du lac Michigan, de vastes zones résidentielles s’étirant sur de longues bandes nord-sud sont caractérisées par des pavillons construits pendant le début du XXe siècle et après la Seconde Guerre mondiale.

Parcs et espaces verts

Quand Chicago s’incorpora en tant que municipalité durant l’année 1837, elle choisit la devise « Urbs in Horto », une expression latine qui en français signifie la « ville dans un jardin ». Aujourd’hui, Chicago est la ville qui possède le plus d’espaces verts de tous les États-Unis : 570 parcs municipaux, soit plus de 30 km² de verdure, mais aussi 33 plages, 16 lagunes historiques et 9 ports situés en bordure du lac Michigan, ce qui fait du Chicago Park District le plus grand système urbain de gestion et d’entretien d’espaces verts de la nation.

Lincoln Park, le plus grand parc public de la ville, accueille près de 20 millions de visiteurs tous les ans, une fréquentation le classant deuxième après Central Park à New York. Il abrite entre autres le Lincoln Park Zoo et le Lincoln Park Conservatory. Garfield Park abrite le Garfield Park Conservatory, l’un des conservatoires les plus grands des États-Unis. Il occupe environ 18 000 m² et contient un certain nombre de plantes rares et d’arbres provenant du monde entier.

Grant Park est un parc public d’une superficie de 1,29 km² situé dans le secteur du Loop (Downtown Chicago) ; on peut y voir la célèbre Buckingham Fountain. Entre juin 1999 et juillet 2004, Grant Park a subi de grands travaux d’aménagements pour accueillir l’un des lieux les plus attractifs de la ville connu aujourd’hui sous le nom de Millennium Park (littéralement Parc du millénaire). Un autre parc populaire de Chicago est le Jackson Park, qui s’étend sur une superficie d’environ 2 km², à cheval sur les quartiers de Woodlawn et Hyde Park. Jackson Park est surtout connu pour l’œuvre du sculpteur Henry Bacon, la Statue of the Republic, qui fut érigée en 1918 pour la commémoration du 25e anniversaire de la l’Exposition universelle de 1893 et du centenaire de l’État de l’Illinois. Le parc, qui abrite également un jardin japonais, est très prisé par les touristes et les résidents pour sa proximité avec les plages. Le Palmer Park portant le nom de Potter Palmer, a vu le jour grâce à cet homme d’affaires influent du Chicago des années 1900. Ce parc est également fréquenté pour ses fresques murales et pour ses installations et aménagements qui incluent des terrains de baseball, une salle de fitness, des salles de réunion, une piscine extérieure et des courts de tennis.

Bordant le lac Michigan, Calumet Park dans le secteur de East Side, est l’un des parcs les plus vastes de Chicago. Traversé par la rivière Calumet, il s’étend sur près de 23 km². En plus des projets continus d’embellissement et de renouvellement pour les nombreux parcs existants, un certain nombre de nouveaux parcs ont été créés ces dernières années, comme le Ping Tom Memorial Park dans le quartier chinois, le DuSable Park et plus spécialement le Millennium Park, qui connaît un véritable succès depuis son ouverture.

L’organisation mondiale pour la protection de l’environnement Greenpeace, en partenariat avec la ville de Chicago et le comté de Cook ont signé une charte pour la protection et la conservation des forêts situées dans le nord-ouest de la ville, notamment autour des secteurs de Dunning et O’Hare. Depuis plusieurs années ces forêts qui étaient menacées par l’expansion urbaine sont désormais protégées et classées comme étant des parcs naturels. Formée en 1975, Friends of the Parks (Les amis des parcs en anglais) est une association qui a pour but de surveiller et de défendre l’environnement dans la région de Chicago ; plus précisément, elle surveille l’état et la sécurité du Chicago Park District ainsi que les réserves forestières du comté de Cook.

Démographie

Avec son développement économique, la population de Chicago explose à partir des années 1850 : elle se multiplie par 3,7 en une décennie et accède à la neuvième place des villes les plus peuplées des États-Unis. À la fin du XIXe siècle, Chicago est la cinquième ville en importance dans le monde. Chicago est pendant près d’un siècle, la seconde ville des États-Unis derrière New York. Le maximum démographique est atteint en 1950, puis la ville entre en déclin jusque dans les années 1990, la suburbanisation des classes moyennes faisant baisser la population de la ville au profit des banlieues résidentielles, elle cède ainsi sa place de seconde ville du pays au profit de Los Angeles.

En 2010, selon les estimations du bureau du recensement des États-Unis, la ville de Chicago compte 2 695 598 habitants, ce qui représente un peu plus du cinquième de la population totale de l’État de l’Illinois.

Chicago est à ce jour la troisième ville la plus peuplée des États-Unis, derrière New York et Los Angeles. La densité moyenne atteint 4 923 habitants au kilomètre carré : il s’agit d’un chiffre plus élevé qu’à Los Angeles, mais beaucoup moins important qu’à New York.

Le revenu médian pour un ménage dans la ville est de 38 625 dollars, et de 42 724 dollars pour une famille. Les hommes ont un revenu médian de 35 907 dollars en moyenne contre 30 536 dollars pour les femmes. Le revenu par habitant dans la ville est de 20 175 dollars. 19,6 % de la population vivaient au-dessous du seuil de pauvreté dont 16,6 % comprend des familles. De toute la population, 28,1 % des moins de 18 ans et 15,5 % des plus de 65 ans vivent au-dessous du seuil de pauvreté. De toute la population de la ville, 26,2 % ont moins de 18 ans, 11,2 % ont entre 18 à 24 ans, 33,4 % de 25 à 44 ans, 18,9 % de 45 à 64 ans, et 10,3 % 65 ans et plus. L’âge médian est de 32 ans. Pour environ 100 femmes, il y a 94 hommes. Pour 100 femmes de 18 ans et plus, il y a 91 hommes.

La proportion d’Afro-Américains est relativement importante (32 %) par rapport à d’autres villes comme New York (28 %) ou Los Angeles (12 %). Elle reste cependant inférieure à celle de Détroit, d’Atlanta ou de Washington, D.C. La communauté hispanique (ou latino) représente 25 % de la population, soit une proportion équivalente à celle de New York.

En 2008, l’aire métropolitaine de Chicago, appelée Chicagoland, rassemble quelque 9 785 747 millions d’habitants, ce qui en fait la troisième des États-Unis et la quatrième d’Amérique du Nord après celles de Mexico, New York et Los Angeles. La MSA de Chicago-Naperville-Joliet regroupe 252 municipalités dont Chicago en constitue la ville centre. Elle s’étend sur trois États (Illinois, Indiana, Wisconsin) et huit comtés (Cook, DuPage, Grundy, Kane, Kendall, Lake, McHenry, Will) pour une superficie totale de 24 800 km². À l’échelle du continent américain, elle est la septième aire urbaine après celles de Mexico, New York, São Paulo, Rio de Janeiro, Los Angeles et Buenos Aires et se classe au 26e rang mondial pour sa population.

Criminalité

En 2006, selon le Chicago Police Department (CPD), la criminalité violente a baissé dans la ville de Chicago. Entre 1997 et 2006, le nombre de crimes et délits (vols, cambriolages, violences, viols, meurtres, incendies criminels, dégradations volontaires etc.) a baissé de 34 %, passant de 254 573 à 166 057. On recensait dans la ville 761 meurtres en 1997, 467 en 2006, dont 82,4 % avec une arme à feu ; les meurtres représentent 1,3 % des violences commises contre les personnes. Chicago a presque définitivement fait oublier sa mauvaise réputation, héritée de la période agitée de la prohibition dans les années 1920 et 1930, quand les activités d’Al Capone et de la pègre lui valurent le surnom de « Capitale du crime ». Le sentiment d’insécurité a fortement baissé et il est tout à fait possible de se promener sans crainte dans la plupart des quartiers du North Side et Downtown. Il est seulement conseillé aux touristes d’être plus vigilants et d’éviter certains quartiers du South Side tels que Fuller Park, South Shore, Englewood, Douglas et West Pullman ou de certains quartiers du West Side tels que West Garfield Park et Austin.

Économie

Une métropole puissante à l’économie diversifiée

Chicago est l’une des villes globales de la planète : le secteur du tertiaire supérieur est bien représenté par de nombreux sièges sociaux et succursales dans les domaines de la comptabilité, de la publicité, de la finance et des services juridiques. La ville est un centre de décision économique comme le montre la concentration des sièges sociaux de firmes multinationales dans le quartier des affaires, qui reste le deuxième du pays derrière celui de New York.

Le poids économique de l’agglomération de Chicago est considérable : le PNB de la métropole était de 349 milliards de dollars en 2002 et de 390 milliards de dollars en 2005 : si Chicago comptait comme un pays, il serait la 18e puissance économique du monde82. Dans son histoire, Chicago a rapporté plus de 506 milliards de dollars. En 2008, la société de services financiers UBS a placée Chicago à la 5e place sur la liste des villes les plus riches du monde pour son PIB supérieur à 570 milliards de dollars. Le Department of Community Development (DCD) est un organisme qui s’occupe du développement économique de l’ensemble de la ville, et gère entre autres les chambres de commerce de quartier.

L’activité économique de Chicago est diversifiée : l’industrie y tient une place relativement significative. Le secteur des transports et du commerce est très développé et offre un réseau multimodal de premier ordre dans le pays. Aujourd’hui, la ville représente la deuxième place boursière des États-Unis et détient la plus grande bourse du monde pour les matières premières. Elle est la deuxième ville américaine pour l’édition derrière New York. Elle est le centre économique et névralgique du Middle West ainsi que le siège de la Federal Reserve Bank of Chicago, le septième des douze districts de la Réserve fédérale des États-Unis englobant l’État de l’Illinois et la quasi-totalité des États du Michigan, du Wisconsin, de l’Indiana et du Missouri. Elle occupe le troisième rang dans le pays pour les salons, les congrès et les conventions. Le McCormick Place est le plus grand centre de convention du pays et le troisième du monde.

Le nombre d’actifs à Chicago est de 4,2 millions (août 2006). Le taux de chômage était de 5,5 % en juillet 2006, un chiffre plus élevé que la moyenne nationale mais en baisse depuis trois ans. Le Mayor’s Office of Workforce Development (MOWD) aide les chômeurs à retrouver un emploi. En 2003, le premier employeur de la ville est le gouvernement fédéral (88 000 employés), suivi par les écoles publiques (46 184 employés) et la municipalité (39 275 employés). Les entreprises les plus importantes par le nombre de salariés sont la chaîne de supermarchés Jewel-Osco (39 220 salariés), Advocate Health Care (25 293 salariés), SBC Communications (21 000 salariés) et United Parcel Service (19 063 salariés). D’autres firmes dominent la vie économique de l’agglomération : McDonald’s et Portillo’s (restauration rapide) ; Kraft Foods (agro-alimentaire) ; Target Corporation, Sears, Roebuck and Company (grande distribution) ; Walgreens, Abbott Laboratories (industries pharmaceutiques) ; Playboy Enterprises (Playboy Magazine, Playboy TV) (émission et magazine de charme) ; Chicago Climate Exchange (environnement et développement durable) ; United Airlines, Boeing, Motorola (transports et communications) ; Yellow Cab Company (compagnie de taxi) ; Allstate, Bank One (assurance et finance) et Access Commerce éditeur de logiciels de configuration de produits et services et de commerce électronique destinées aux entreprises.
L’agro-alimentaire, la métallurgie et l’imprimerie sont les trois secteurs industriels qui emploient le plus de main d’œuvre à Chicago.

Essor céréalier et centre de transport au XIXe siècle

Avant 1833, l’activité principale de la région est le commerce des fourrures. Puis elle connait un phase de développement industriel important, attirant investisseurs, spéculateurs et entrepreneurs, qui en fait l’une des principales villes de la Manufacturing Belt. Le port sur le lac Michigan se développe rapidement, et avec lui, la construction navale.

La ville devient également un important centre cérélaier, profitant durant tout le XIXe siècle du débouché de la région agricole des Grandes Plaines, le grenier des États-Unis. Chicago devient, dans les années 1840, le plus grand port céréalier du monde.

À partir du milieu du XIXe siècle, les industries agro-alimentaires de transformation de la viande de porc et de bœuf s’y multiplient, notamment sous l’impulsion de Gustavus F. Swift et Philip Armour. En 1865, sur un quartier marécageux, y sont fondés d’immenses abattoirs, les Union Stock Yards, qui font de la ville un grand centre de traitement du bétail. En référence à ces activités qui font une grande partie de sa fortune et de sa réputation, le bœuf devient l’un des symboles de Chicago. Si les abattoirs sont transférés à Kansas City en 1971, le nom de l’équipe de basket, les Bulls, fait directement référence à cette tradition bouchère.

Au milieu du XIXe siècle, la ville devient un nœud ferroviaire important. Chicago est la ville de départ de la ligne de chemin de fer de la compagnie Union Pacific, qui atteint San Francisco en 1869. Carrefour des voies ferroviaires de l’Amtrak, Chicago devient, avec Saint-Louis, Memphis et la Nouvelle-Orléans, l’une des quatre plates-formes de l’Union Pacific reliant l’Est, et l’Ouest des États-Unis.

Développement industriel, technologique et financier

Chicago est toujours l’un des premiers marchés de céréales du monde. Le puissant secteur agroalimentaire assure une grande partie de l’emploi industriel de l’agglomération. L’industrie du meuble s’est aussi développée au XIXe siècle.

De grandes sociétés américaines se sont implantées à Chicago : Sears, Roebuck and Company, Amoco, Sara Lee et Walgreens. Boeing y a transféré également son siège social auparavant situé à Seattle. Enfin, McDonald’s possédait aussi son siège social à Chicago durant les années 1970, mais l’entreprise a ensuite été déplacée à Oak Brook, dans la proche banlieue.

Centre de ravitaillement des troupes pendant la guerre de Sécession, l’industrie de l’armement prospéra aussi au XXe siècle. Dans le cadre du projet Manhattan, le 2 décembre 1942 a lieu à l’Université de Chicago la première réaction nucléaire contrôlée.

Le développement industriel et urbain du XXe siècle poussa la municipalité à pomper l’eau du Lac Michigan de plus en plus loin. Le secteur industriel a récemment bénéficié d’une étroite alliance entre les universités, les laboratoires et les entreprises.
Cela concerne avant tout le domaine de la haute technologie : l’informatique et l’électronique avec les logiciels Spyglass, l’entreprise Motorola et la US Robotics Corporation. Cela n’empêche pas la région de continuer les productions lourdes telles que l’acier, malgré la forte concurrence étrangère.

L’importance de la métropole lui confère bien sûr des fonctions tertiaires de premier ordre. Chicago est un important centre financier, qui fut le premier à lancer le marché des contrats dérivés, à la suite des travaux des économistes de l’école de Chicago sur l’analyse quantitative financière dans les années 1950 et 1970. Il abrite désormais la première bourse du monde en volume d’opérations traitées (capitalisation de 30 milliards de dollars), du fait de la fusion de la Chicago Board of Trade et la Chicago Mercantile Exchange, décidée par les actionnaires le 9 juillet 2007.

Le dynamisme touristique joue également beaucoup en la faveur du développement économique de la ville, en effet Chicago abrite certaines des attractions, musées et universités les plus réputées aux États-Unis. En 2002, Chicago a attiré plus de 28 millions de visiteurs, dont un million venu de l’étranger ont dépensé à Chicago plus de 8,7 milliards de dollars et ont généré 442 millions de dollars de taxes. La ville compte 26 630 chambres d’hôtel. De nombreux congrès et réunions s’y déroulent chaque année. Les principaux sites touristiques et de loisirs sont le Navy Pier (8,6 millions de visiteurs en 2005), le Lincoln Park Zoo (3 millions), l’Aquarium Shedd et le Musée de la Science et de l’Industrie (1,8 million chacun).

Depuis plusieurs années, le centre-ville connaît un renouveau immobilier avec notamment la construction d’hôtels et de bureaux comme la Trump Tower (condominiums et lofts), l’Aqua building et l’Elysian (hôtels de luxe), le 340 on the Park, le 300 North LaSalle, ainsi que la construction d’un quartier chic autour de River Esplanade Park (Loop) font partie entre autres de ces derniers projets qui témoignent de la prospérité de la ville. Depuis la récession, d’autres projets, comme celui de la Chicago Spire sont aujourd’hui annulés. Certains secteurs de la ville comme Logan Square, Pilsen, Uptown, Near South Side et Rogers Park s’enrichissent à un rythme rapide. L’agrandissement de l’aéroport international O’Hare et la reconstruction de la Dan Ryan Expressway sont également en cours et seront des modèles de développement pour les années à venir.

Transports

Chicago est un l’un des principaux nœuds de communication en Amérique du Nord. Dès le XVIIIe siècle, avec la traite de fourrures et le commerce du bois et des productions agricoles, la ville est marquée par sa vocation marchande. Aujourd’hui, l’agglomération constitue un carrefour de cinq autoroutes fédérales et de six lignes de chemin de fer d’importance nationale. Les divers aménagements et infrastructures font de Chicago une plate-forme multimodale primordiale aux États-Unis.

La ville est desservie par un large réseau de métro mais également par des trains de banlieue et les trains nationaux à grande capacité de l’Amtrak. Chicago est la quatrième ville des États-Unis pour le nombre d’utilisateurs du train Amtrak.

Les gares principales de Chicago desservies par l’Amtrak et par le Metra sont :

Union Station
Millennium Station
Ogilvie Transportation Center
LaSalle Street Station
Van Buren Street Station

Transports en commun

La ville de Chicago dispose d’un grand réseau de lignes de métro et possède également de vastes lignes d’autobus. Le Chicago Transit Authority, connu sous l’acronyme « CTA » est l’opérateur des transports publics (gestion du métro et des bus) de la ville de Chicago. L’entreprise est la seconde du genre aux États-Unis et la quatrième en Amérique du Nord. Le CTA offre des lignes de bus et de métro à l’intérieur de la ville de Chicago et à destination de quarante municipalités de la proche banlieue ainsi que la desserte des aéroports de O’Hare et Midway.

Réseau des bus

Le système de bus est plus étendu que le métro, avec de nombreux arrêts dans toute l’agglomération. Le parc du Chicago Transit Authority (CTA) est composé d’environ 2 000 autobus. Ils circulent sur 154 lignes qui représentent un total cumulé de 3 658 km. Ces bus, qui, en 2002, transportent plus de 25 millions de passagers par mois, desservent plus de 12 000 arrêts, répartis sur le territoire de la ville de Chicago et sur celui de quarante municipalités de sa proche banlieue.

Métro de Chicago

Chicago possède un vaste réseau de lignes de métro, fréquenté quotidiennement par près de 700 000 passagers. Inauguré le 6 juin 1892, le métro de Chicago est l’un des plus anciens réseaux du monde ; il est souvent désigné sous la lettre « ‘L’ » ou « EL » (de l’anglais elevated) car la majeure partie de son réseau est aérien.

Quelques sections du réseau remontent à la fin du XIXe siècle, lorsque Chicago a suivi l’exemple de New York en construisant des lignes de métro aériennes. Contrairement à New York qui, dès le début du XXe siècle, a commencé à remplacer ses lignes aériennes par des lignes souterraines dans Manhattan, Chicago conserve la plupart de ses itinéraires originaux.

Le réseau géré par le Chicago Transit Authority est long de 171 kilomètres; il est composé de huit lignes, 144 stations (dont 92 sont accessibles aux personnes à mobilité réduite fin 2010), 19 kilomètres en tunnel avec 21 stations, 59 kilomètres en surface avec 41 stations et 92 kilomètres en aérien avec 89 stations. Toutes les lignes, hormis la ligne jaune, partent du centre de la ville où certaines d’entre elles forment la célèbre boucle aérienne, l’Union Loop, maintenant considérée comme la limite du secteur communautaire du Loop. Deux lignes, la bleue et la rouge, traversent le Loop en souterrain.

La majeure partie des lignes et des stations est située dans la ville de Chicago, hormis plusieurs kilomètres aux extrémités des lignes rose (Cicero), mauve (Evanston), jaune (Skokie) et bleue (Forest Park). Le ‘L’ dessert les deux aéroports de Chicago, l’aéroport O’Hare par la ligne bleue (à 45 minutes du centre-ville) et l’aéroport Midway par la ligne orange (à 30 minutes du centre-ville). L’aéroport O’Hare possède son propre système de métro sur pneus entièrement automatisé appelé Airport Transit System. Fonctionnant 24 heures par jour et dont le service est gratuit, l’ATS fait une boucle dans l’enceinte de l’aéroport, desservant ainsi 5 stations.

Aéroports

Avec 66,7 millions de passagers en 2010 , l’aéroport international O’Hare de Chicago est le troisième du monde par le nombre de passagers derrière l’aéroport International de Pékin (deuxième) et l’aéroport international Hartsfield-Jackson d’Atlanta. De 1996 à 2009, l’aéroport O’Hare était classé deuxième dans le monde par le nombre de passagers. Situé à environ 27 kilomètres au nord-ouest du quartier financier du Loop (30 à 40 minutes en voiture), il est accessible par la Kennedy Expressway, le métro (ligne bleue) et les bus du Chicago Transit Authority. Les navettes de l’ATS desservent cinq stations réparties sur une ligne faisant une boucle dans l’enceinte de l’aéroport en passant par les terminaux et les parkings les plus éloignés. L’aéroport O’Hare connaît des problèmes de saturation, de retards, voire d’annulation de certains vols. Un plan de modernisation et de refonte des pistes ainsi que de l’aérogare a été lancé pour accroître ses capacités. Il sert de hub principal d’United Airlines dont le siège se trouve en centre-ville de Chicago, ainsi que pour American Airlines.

L’aéroport international Midway de Chicago est le deuxième aéroport de Chicago avec 18,8 millions de passagers en 2006 et se situe à environ 17 kilomètres au sud-ouest du Loop. Il est principalement utilisé par des compagnies aériennes à bas prix pour des vols nationaux. La compagnie la plus représentée à Midway est la compagnie low cost texane Southwest Airlines. Les aéroports O’Hare et Midway se situent tous les deux sur le territoire de la ville de Chicago, le premier dans le quartier du même nom à l’extrémité nord-ouest de la ville et le deuxième à cheval sur les quartiers de Clearing et Garfield Ridge dans le sud-ouest de la ville. Il existe également un troisième aéroport, celui de Gary/Chicago. Il se situe sur le territoire de la ville de Gary, en banlieue sud-Est, dans l’État voisin de l’Indiana, à environ 10 kilomètres de Chicago.

Chicago possède un code AITA commun à tous les aéroports : CHI.

Port

Chicago est un port du lac Michigan. Ses atouts sont liés à sa situation exceptionnelle au cœur de la région des Grands Lacs et ont permis le développement industriel de la ville au XIXe siècle. Grâce à un système de voies navigables, le port de Chicago est relié vers l’est à l’océan Atlantique par les Grands Lacs et le Saint-Laurent, et au golfe du Mexique au sud, via le fleuve Mississippi. Ses 14 terminaux maritimes sont gérés par l’Illinois International Port District.

Avec un trafic global situé entre 23 et 26 millions de tonnes par an, le port de Chicago occupait le 32e rang aux États-Unis en 2005. La majeure partie du trafic est destinée au marché intérieur (23 074 136 tonnes courtes). Diverses marchandises passent par le port de Chicago : des métaux non ferreux, des minerais, du coke, du sucre, des céréales, des produits pétrochimiques, de l’acier, du ciment, etc.

Autoroutes urbaines

Cinq autoroutes (Interstate highways) interétatiques convergent vers le centre pour faciliter les trajets à travers la ville et les banlieues. Longue de 28,65 km, la Kennedy Expressway commence à Downtown et rejoint l’Aéroport international O’Hare en direction du nord-ouest, où elle joint l’autoroute des Trois États, la principale autoroute nord-sud. La Eisenhower Expressway et la Adlai E. Stevenson mènent vers les banlieues ouest et sud-ouest où elles sont aussi reliées à celle des Trois États. La Dan Ryan Expressway, une extension de la Kennedy, est longue de 18,5 km et se dirige plein sud. La Dan Ryan se connecte à l’Interstate 94 au sud de la Chicago Skyway, sur une distance de 6,49 km. La Chicago Skyway, longue de 12,6 km, relie l’Interstate 90 à la Dan Ryan Expressway et traverse les quartiers sud (South Side) de la ville avant de s’arrêter à la frontière de l’État de l’Indiana au sud-est.

Culture

Pendant des siècles, les amérindiens utilisaient le « She-caw-gu » portage comme une liaison pratique entre les étendues supérieures du Mississippi et les vastes étendues d’eau des Grands Lacs. En 1779, Jean Baptiste Pointe du Sable, un marchand de peaux de descendance franco-africaine, créait la première colonie à cet emplacement stratégique. Depuis lors, Chicago a attiré des immigrants en provenance du monde entier. En 1930, sur une population de 3,4 millions de personnes vivant à Chicago, 2,46 millions étaient nés à l’étranger ou nés en Amérique, de parents étrangers. Leurs enclaves ethniques se réfléchissent dans les nombreux quartiers culturellement distincts de la ville. Chicago compte parmi ses habitants de nombreuses communautés d’origine étrangère, irlandaise, italienne, roumaine, allemande, polonaise, coréenne, espagnole, grecque, vietnamienne, juive, ukrainienne, turque, chinoise et portugaise vivant l’exemple de ce « creuset démographique » (melting pot) qui, plus que dans toute autre ville américaine aura réussi à donner à la ville son caractère cosmopolite. Chicago est également la plus grande ville polonaise en dehors de la Pologne. Les quartiers ethniques les plus populaires de la ville comprennent Greek Town (ville grecque), Little Italy (petite Italie), Chinatown (ville chinoise), Little Vietnam (petit Vietnam), Little Saigon (petit Saigon), Bridgeport (quartier irlandais), Ukrainian Village (village ukrainien), Pilsen (quartier mexicain) et Indian Village (village indien) et sont tous situés près de Downtown Chicago et les quartiers allemands, polonais, afro-américain et hispano-américain n’en sont pas très loin. Chaque quartier offre un air culturel distinct, avec leurs nombreux magasins, épiceries et restaurants ethniques.

La musique classique tient une place importante dans cette ville. Fondé en 1891, l’Orchestre symphonique de Chicago est considéré comme étant l’un des meilleurs orchestres du monde. Il offre des performances artistiques au Symphony Center. Régulièrement représenté au Symphony Center, l’Orchestre Sinfonietta de Chicago est un orchestre symphonique multiculturel et beaucoup plus diversifié que l’Orchestre symphonique de Chicago. En été, de nombreux concerts en plein air sont donnés dans le Grant Park et le Millennium Park. Situé à environ 40 km au nord de Chicago, Ravinia Park est également une destination de prédilection pour de nombreux Chicagoans. De nombreuses performances sont également données dans des lieux tels que le Harris Theater. Doté d’une capacité d’accueil de 3 563 places et second opéra en importance en Amérique du Nord, le Civic Opera House est le foyer de l’Opéra lyrique de Chicago L’opéra Jūratė Kastytis présenté par Kazimieras Viktoras Banaitis s’est produit à Chicago en 1996. Le Lithuanian Opera Company of Chicago a été fondé en 1956 par la communauté lituanienne de Chicago.

Le Joffrey Ballet et le Chicago Festival Ballet sont produits dans différents lieux, comme au Harris Theater dans le Millennium Park. Chicago est le foyer de plusieurs autres troupes de danse moderne et de jazz, tels que le Hubbard Street Dance Chicago.

D’autres genres de musique faisant partie du patrimoine culturel de la ville incluent le Chicago Blues, la Chicago Soul, le Chicago Jazz et le gospel. La ville est le berceau de la House music, un genre de musique électronique qu’elle a vu naître au début des années 1980. Durant cette même période, Chicago était un centre majeur du mouvement punk et de la new wave. Cette influence est dominée par le rock alternatif dans les années 1980 et 1990. La ville était l’épicentre de la culture rave dans le début des années 1980. Une florissante culture de rock indépendant a peu à peu remplaçée la culture rave. La ville est depuis le milieu des années 1990 et particulièrement le début des années 2000, le lieu d’une influente scène hip-hop connue sous le nom de Chicago hip-hop. De nombreux festivals représentant tous les genres musicaux allant du rock à la house music se déroulent chaque année au Lollapalooza, de nombreux groupes et artistes internationaux s’y sont représenté, par exemple U2, Madonna, Daft Punk, Eminem, Cyndi Lauper, Oasis, etc.

Les théâtres communautaires de Chicago ont engendré les théâtres modernes d’improvisation. Deux troupes d’improvisation ont émergées à Chicago, The Second City, surtout connue pour avoir lançé des artistes comme Bill Murray, Mike Myers ou encore John Candy, et le I.O. (anciennement connue sous le nom ImprovOlympic). Les compagnies de théâtre d’improvisation les plus réputées de Chicago incluent le Steppenwolf Theatre Company (dans le North Side), le Théâtre Goodman et le Théâtre Victory Gardens. Chicago offre un style de divertissement à la « Broadway » dans les salles telles que le Ford Center for the Performing Arts Oriental Theatre, le Bank of America Theatre, le Cadillac Palace Theatre, l’Auditorium Theatre (partie de l’Auditorium Building) et le Drury Lane Theatre (dans le Water Tower Place). Les productions dédiées à la communauté polonaise de la ville sont représentées à l’historique Gateway Theatre à Jefferson Park. Depuis 1968, le Prix Joseph Jefferson Awards est décerné chaque année pour l’excellence des théâtres dans la région de Chicago. La ville compte près de 200 théâtres dont le principal est l’Auditorium Theatre, construit en 1889, avec plus de 4000 places, mais il y a aussi le Chicago Theatre, le Goodman Theater, le Harris Theater, le Congress Theater et le Mayfair Theater, parmi tant d’autres.

Avec ses deux millions d’ouvrages, la Harold Washington Library est la plus grande bibliothèque publique de Chicago. Elle se situe à Downtown Chicago dans le secteur du Loop, à proximité de l’Art Institute of Chicago et est gérée par le Chicago Public Library, une institution qui dispose de 79 bibliothèques (une moyenne d’une par secteur) à travers la ville de Chicago. Parmi les plus importantes, on peut citer les bibliothèques régionales Conrad Sulzer Regional Library et Carter G. Woodson Regional Library.

La reconstruction de Chicago, ravagée par le grand incendie de 1871, en a fait le berceau de l’architecture moderne. Depuis ce temps, Chicago entretient merveilleusement bien sa réputation de ville d’art. Outre la richesse de son architecture (allant du gothique au moderne en passant par l’Art déco) qui en a fait sa renommée mondiale, la ville possède un nombre incontestable de sculptures, de fontaines et de statues, faisant ainsi de la ville un véritable musée à ciel ouvert. Durant une grande partie du XXe siècle, elle nourrit un style fort au surréalisme figuratif, comme dans les œuvres d’Ivan Albright et Ed Paschke. En 1968 et 1969, les membres du Chicago Imagists, tels que Roger Brown, Leon Golub, Robert Lostutter, Jim Nutt et Barbara Rossi produisent des peintures figuratives. Aujourd’hui, Robert Guinan peint des portraits réalistes de Chicagoans populaires à Paris, bien qu’il soit peu connu à Chicago même.

Religion

Grâce à son histoire cosmopolite, Chicago a un patrimoine religieux riche tel qu’il est représenté par l’architecture et les institutions à travers la ville.

Le christianisme est la religion dominante chez la population de la ville (environ 92 % des Chicagoans). Il est représenté à travers ses différentes confessions, comprenant ainsi les catholiques, les protestants, les orthodoxes, les anglicans et les chrétiens orientaux (Églises des trois conciles). L’immigration en provenance de pays catholiques comme l’Irlande, l’Italie, le Mexique, la Pologne et l’Espagne grossit encore les rangs de ses fidèles. D’autres religions sont représentées à Chicago, comme le judaïsme, l’hindouisme, le bouddhisme, l’islam, le sikhisme et le bahaïsme, qui entre autres comprennent également des adeptes. En raison de cette diversité, Chicago a une richesse architecturale religieuse variée.

Grâce à sa taille et à sa notoriété, la ville de Chicago a acquis une reconnaissance mondiale en tant que centre religieux. Elle a accueilli les deux premières réunions du Parlement des Religions du Monde. La première eut lieu en 1893, la même année que l’Exposition universelle et la deuxième en 1993. Chicago contient de nombreuses institutions théologiques, qui incluent des séminaires, de nombreuses écoles, des collèges tels que l’Institut Biblique Moody et des universités comme l’Université DePaul et l’Université Loyola par exemple. Chicago est le siège de nombreux dirigeants religieux et toute une série d’évêques d’un large éventail de confessions chrétiennes ainsi que d’autres religions. Le seul temple de la foi bahá’íe en Amérique du Nord est situé à Wilmette, en banlieue nord de Chicago.

De nombreux éminents chefs religieux ont visité la ville, dont le Dalaï Lama et Mère Teresa. Le pape Jean Paul II a visité Chicago en 1979 dans le cadre de son premier voyage aux États-Unis après avoir été élu à la papauté en 1978.

La ville possède un grand nombre d’édifices religieux, avec pas moins de 200 églises sur son territoire. Chicago possède l’archidiocèse catholique le plus important des États-Unis. Parmi les édifices les plus populaires, il y a la basilique Notre-Dame-des-Douleurs de Chicago de style néorenaissance qui est l’une des trois paroisses de la ville de Chicago à porter le titre de basilique. Elle fut la première à obtenir ce titre en 1956 par autorisation spéciale du pape Pie XII. Il y a aussi la cathédrale du Saint-Nom de Chicago qui est l’un des principaux sanctuaires catholiques de la ville et la cathédrale Saint-Jacques de Chicago qui est l’église-mère du diocèse épiscopalien de Chicago depuis 1955. La ville compte également plusieurs églises orthodoxes dont la plus connue est sans doute la cathédrale de la Sainte-Trinité. Fondée en 1888, l’église Sainte-Hedwige de Chicago est une église catholique monumentale dépendant de l’archidiocèse de Chicago. Construite dans le goût polonais, elle est dédiée à sainte Hedwige.

Foyer de la Congrégation de la First United Methodist Church of Chicago, le Chicago Temple Building est avec ses 173 mètres la plus haute église dans le monde. Administré par l’Église catholique de l’archidiocèse de Chicago et destiné aux jeunes hommes qui envisageaient de devenir prêtre, le Archbishop Quigley Preparatory Seminary a formé près de 2500 prêtres, deux cardinaux, plus de quarante évêques, deux experts du Concile Vatican II et de nombreux récipiendaires de la Medal of Honor et de la Médaille présidentielle de la liberté.

Chicago est le siège archiépiscopal ou épiscopal de plusieurs Églises chrétiennes :

Archidiocèse de Chicago, catholique romain (voir aussi: Liste des évêques et archevêques de Chicago).
Éparchie de Saint-Nicolas de Chicago, gréco-catholique de rite ukrainien (voir aussi: Liste des éparques de Saint-Nicolas de Chicago).
Éparchie Saint-Thomas-l’Apôtre de Chicago des Syro-Malabars, catholique de rite syro-malabar (voir aussi: Liste des éparques de Saint-Thomas-l’Apôtre de Chicago).
Archidiocèse Saint-Thomas de Chicago.
Archidiocèse épiscopal de Chicago.

Cuisine

Chicago est une destination culinaire de renommée mondiale, avec plus de 7 000 restaurants proposant toutes sortes de cuisines. Avec plus de restaurants 5 étoiles que n’importe quelle autre ville du pays, Chicago est le domicile de chefs réputés comme Charlie Trotter, Rick Bayless, Art Smith, Grant Achatz, Rick Tramonto, Graham Elliot Bowles et Gale Gand. Parallèlement, la ville honore les traditions culinaires avec les spécialités locales comme la pizza, le sandwich italien au bœuf et les hot-dogs de Chicago. La grande histoire culinaire de Chicago, associée aux visions des chefs et restaurateurs expérimentés ainsi que des professionnels de la restauration, a fait de la ville un paradis pour les gastronomes.

La ville est réputée pour son sandwich italien au bœuf (Italian Beef Sandwich) ou Italian Beef, qui est une spécialité emblématique de la ville de Chicago. Ce sandwich se compose d’un pain de type baguette richement garni de fines tranches de rosbif juteuses et assaisonnées. Le pain peut avoir été préalablement trempé dans la sauce de la viande. Le tout est recouvert de petits poivrons sautés dans sa version douce, ou de garniture épicée de type Giardiniera dans sa version plus forte. On trouve ce type de sandwich principalement dans la région de Chicago.

Musées

Chicago est mondialement connue pour être une ville de musées. Elle en abrite pas moins de 70, tous différents. Ils offrent une vue assez complète de l’Histoire, des Arts, et des Sciences de nombreuses civilisations. Parmi les principaux figure l’Institut d’Art de Chicago. Grâce à de nombreux mécènes issus des milieux aisés de Chicago, ce musée, l’un des plus grands musées d’art aux États-Unis, est particulièrement renommé pour ses collections d’art américain. Si ses collections représentent 5 000 ans d’histoire de l’art dans le monde, il détient le plus grand nombre de peintures impressionnistes, en dehors de Paris et reçoit, en 2005, environ 1 450 000 visiteurs.

Le musée de la Science et de l’Industrie (Museum of Science and Industry) a été inauguré à l’occasion de l’Exposition universelle de 1893 (World Columbian Exposition). Il se situe au Jackson Park, dans le secteur de Hyde Park. Il est logé dans ce qui était à l’origine le Palais des Arts. Le bâtiment, conçu par Charles B. Atwood, a été construit dans le style grec classique et a été inspiré par des bâtiments de l’Acropole d’Athènes. Ces dernières années, le musée a subi d’importantes rénovations de modernisation et couvre aujourd’hui 14 hectares. En 2009, il s’est classé comme étant la troisième plus importante attraction culturelle de la ville.

Le musée d’Art Contemporain de Chicago, plus connu sous le nom de MCA (Museum of Contemporary Art), est le plus grand musée d’Art contemporain du monde. Fondé en 1967 comme galerie d’expositions temporaires, il acquiert, dès 1974, des collections permanentes, toujours spécialisées dans des créations de l’après Seconde Guerre mondiale. Désormais établi en centre ville, il se situe sur East Chicago Avenue, dans le quartier de Streeterville, près de la Water Tower Place. Si ses expositions sont particulièrement renommées, son fond permanent, qui met un accent particulier sur le surréalisme, le minimalisme, la photographie conceptuelle et les travaux des artistes locaux, se compose de plus de 6 000 œuvres contemporaines.

Chicago propose également à la visite l’un des plus grands aquarium du monde, l’Aquarium John G. Shedd. Inauguré en 1930, il est alors le plus grand aquarium du monde avec un total de 19 millions de litres d’eau et quelque 25 000 poissons. Il reçoit chaque année la visite de deux millions de touristes, ce qui en fait l’un des aquariums les plus fréquentés des États-Unis.

Le musée de la photographie contemporaine (Museum of Contemporary Photography), fondé en 1984 par le Columbia College, est situé dans le quartier de Near South Side sur Michigan Avenue. Il s’intéresse à la photographie contemporaine, se concentrant sur l’Amérique, et les résidents des États-Unis. Sa collection, composée de 7 000 photographies, intègre des œuvres d’Ansel Adams, d’Henri Cartier-Bresson, Julia Margaret Cameron, Walker Evans, Dorothea Lange, Irving Penn, Aaron Siskind et Victor Skrebneski. Il permet également de découvrir différents types d’appareils photos, des tirages couleur, des morceaux numériques, des diaporamas et des photogrammes.

Le Terra Museum of American se donne pour vocation de regrouper des œuvres d’artistes américains. Il est géré par la Terra foundation for american art, du nom de son créateur, Daniel Terra, un homme d’affaires américain également à l’origine de la création, en 1992, du musée des impressionnismes Giverny (MIG). Le Terra Museum de Chicago regroupe, dans son importante collection de peintures, de nombreuses œuvres d’artistes du mouvement impressionniste.

Le Musée Field, musée d’Histoire naturelle, est situé sur Lake Shore Drive près du Lac Michigan. Construit dans un style initié par l’exposition universelle (World Columbian Exposition), il ouvre en 1893 sous le nom de Columbian Museum of Chicago. Renommé Muséum Field en 1905, en hommage à un important donateur éponyme, il s’organise en quatre départements principaux : l’anthropologie, la zoologie, la botanique et la géologie. Il abrite le plus grand squelette connu de Tyrannosaurus rex et accueille, en 2005, 1,3 million de visiteurs.

Le Planétarium Adler, construit en 1930, est le plus ancien planétarium du continent américain. Couplé à un musée de l’Astronomie, il offre une gamme d’expositions célestes, et un environnement de réalité virtuelle, qui permettent de découvrir les constellations et l’histoire de l’exploration spatiale. Il met aussi en exergue les plans audacieux de l’Amérique visant à voyager sur la Lune.

Le Musée d’Histoire de Chicago, hérité de la Chicago Historical Society, est un musée fondé en 1856. Situé dans le quartier de Lincoln Park, près du Lincoln Park Zoo, il permet, avec plus de 22 millions d’objets et de documents qui sont autant de témoignages, de s’approprier l’ensemble de l’histoire de Chicago, de ses origines à la ville moderne qu’elle est devenue aujourd’hui.

L’American Police Center Museum, qui résulte d’une collecte commencée en 1974, est ouvert en 1989. Il réunit diverses séries d’objets, dont des armes de contrebande et une réplique de chaise électrique. Il présente, outre des photos (dont certaines de l’émeute de Haymarket en 1886) et des documents relatifs au maintien de l’ordre, une collection d’insignes et d’uniformes de police. Il dispose de sections consacrées aux luttes que la ville a pu mener notamment contre la mafia, ou la toxicomanie, dont la scénographie privilégie parfois le spectaculaire.

Chicago propose également des musées dédiés à l’histoire et à la culture de certaines ethnies, religions ou nationalités. Ainsi, le musée national d’art mexicain, appelé NMMA, fondé en 1982 et qui se trouve depuis 1987 au parc de Harrison dans le quartier mexicain de Pilsen, est le principal dépôt pour l’art mexicain, latino et à la culture chicano (mexico-américaine). Sa collection permanente réunit plus de 6 000 objets. Le musée polonais d’Amérique, pour sa part, se donne pour mission de « recueillir, de conserver et de présenter des contenus historiques ayant trait à la Pologne », alors que Ling Long Museum, située dans Chinatown, s’intéresse à l’histoire et à la culture des populations chinoises immigrées aux États-Unis. Le musée de l’art Afro-Américain, issu de l’Ebony Museum of Negro History and Art, ouvre ses portes avec la volonté de corriger l’absence de perception de l’histoire et de la culture noire dans le monde universitaire. Portant depuis 1968 le nom de Jean Baptiste Pointe du Sable, un métis né d’un père Blanc et d’une mère Noire, qui, en qualité de premier colon permanent, peut être considéré comme le créateur de Chicago, DuSable Museum of African American History est le plus ancien musée dédié à l’étude et à la conservation de l’histoire, de la culture et de l’art afro-américain. L’Institut oriental de Chicago est le musée d’une structure universitaire, l’Oriental Institute, elle-même rattachée à l’université de Chicago. Le musée, comme l’Institut, bénéficie, dès sa création en 1896, du soutien du milliardaire John Davison Rockefeller. Transféré dans un bâtiment qui, depuis 1931, accueille le musée et l’institut, sa fréquentation est d’environ 60 000 visiteurs par an. Il abrite plus de 100 000 objets, principalement issus d’excavations conduites par l’Oriental Institute. Constituant une des plus importantes collections d’objets archéologiques des États-Unis, il présente un ensemble d’informations assez complet sur le Moyen-Orient antique.

Le Centre culturel de Chicago, situé sur Washington Street, constitue la dixième attraction touristique de la ville. Il est construit en 1897, et constitue alors la première bibliothèque de Chicago. Il offre, quotidiennement, et tout au long de l’année, des programmes et des expositions, qui vont des arts du spectacle et visuels aux arts littéraires. Les bâtiments du Centre présentent, en eux-mêmes, des aspects architecturaux intéressants, dont de spectaculaires dômes de vitraux, parfois inspirés de modèles compliqués de la Renaissance. La salle Preston Bradley est coiffée du plus grand dôme en vitrail du monde .

Le National Vietnam Veterans Art Museum, devenu National Veterans Art Museum (NVAM ou, en français, Musée national d’Art des Anciens Combattants) en 2010, est issu d’une collection artistique organisée en 1981 par quelques anciens combattants du Vietnam, réunis au sein du Vietnam Veterans Art Group. Comprise comme une déclaration humaniste et intemporelle contre la guerre, et portée dans divers musées et galeries des États-Unis, cette collection est devenue permanente en 1996, après que le maire de Chicago, Richard Daley, personnellement ému par ce témoignage artistique, lui a alloué un bâtiment. Il présente des œuvres qui offrent un point de vue unique sur le sujet controversé de la guerre, avec un équilibre fragile, qui reflète la beauté et l’horreur, donnant une perspective unique sur le psychisme des anciens combattants.

Le Chicago Children’s Museum (en français, Musée pour enfants de Chicago), situé depuis 1995 au Navy Pier, présente l’originalité d’être spécifiquement adapté aux enfants. Fondé en 1982 par une ligue associative, il se veut la réponse à des compressions de programmation dans les écoles publiques. Couvrant 5 300 m² d’espace d’exposition, il comprend, sur trois étages, des expositions éducatives, des programmes d’éducation publics, des activités ludiques et des événements spéciaux. Pouvant accueillir jusqu’à 500 000 personnes chaque année, il est le quatrième plus grand musée pour enfants des États-Unis.

Musique

En tant que troisième plus grande ville des États-Unis, Chicago est bien connue pour avoir la musique dans l’âme et a toujours été un centre majeur pour la musique dans le Middle West, surtout au début des années 1900, quand la « grande migration » d’ouvriers pauvres d’origine afro-américaine des villes industrielles du sud du pays a apporté les musiques traditionnelles comme le jazz et le blues à Chicago, le jazz ayant donné naissance à la scène locale appelée Chicago Jazz. Chicago a également connue une scène prospère en matière de musique folk, en particulier dans les années 1960 et 1970.

La scène Jazz de Chicago est remarquable pour ses musiciens de renom. Les artistes les plus importants à Chicago incluent George Lewis, Ray Anderson, Muggsy Spanier, Jimmy McPartland, Bix Beiderbecke, Eddie Condon, Bud Freeman, Benny Goodman, Gene Krupa, Frank Teschemacher, et Frank Trumbauer. Chicago devint, avec La Nouvelle-Orléans, l’un des berceaux du jazz au début du XXe siècle. La plupart d’entre-eux se produisaient au Aragon Ballroom, une salle de bal populaire située dans le quartier de Uptown. Au XXIe siècle, Chicago continue d’avoir une scène jazz vibrante et innovante, notamment avec son festival annuel de jazz (Chicago Jazz Festival). Les célèbrités ayant popularisé ce festival, incluent des musiciens mondialement connus comme Sonny Rollins, Ornette Coleman, Miles Davis, Benny Carter, Ella Fitzgerald, Anthony Braxton, Betty Carter, Lionel Hampton, orchestre de Chico O’Farrill, Jimmy Dawkins, Von Freeman, Johnny Frigo, Slide Hampton, Roy Haynes, et beaucoup d’autres. Les musiciens les plus importants de toutes les ères vivantes du jazz donnent régulièrement des concerts en ville, font des enregistrements et voyagent à travers tout le pays jusqu’en Europe. John Prine, Steve Goodman et Bonnie Koloc étaient les chanteur-compositeurs de chansons folkloriques les plus en avant de cette période. Goodman, étant un grand fan de l’équipe des Cubs, est reste l’artiste le plus étroitement lié à la ville.

Cinéma

Chicago est l’un des principaux centres de production cinématographique du pays après New York et Los Angeles. De nombreux films des années 1920 et 1930 ont été tournés à Chicago, surtout des films policiers et des films de gangsters (Scarface, Le Petit César, L’Affaire Al Capone, Les Incorruptibles) qui puisent leurs origines dans le crime organisé de la ville des années 1920 et ses héros comme Al Capone. Le contexte historique est généralement celui de la prohibition ou de la Grande Dépression.

En raison du passé agité et de la réputation sulfureuse de « ville mafieuse et corrompue » véhiculée dans le monde entier pendant de nombreuses décennies, Chicago tente de montrer une autre image d’elle en luttant depuis le début des années 1990 contre les films de gangsters et autres films violents en les faisant tout simplement interdire, estimant que cette époque est bel et bien révolue et qu’aujourd’hui la ville n’est plus ce qu’elle était. C’est pour cette raison que, depuis plusieurs années, ce sont essentiellement des comédies romantiques (Quand Harry rencontre Sally, Une bouteille à la mer, Shall We Dance ?), des thrillers, des films policier (Le Fugitif, U.S. Marshals, Peur primale), des films pour adolescent (Wayne’s World, Collège Attitude, American Pie) ou encore des films fantastiques et de science-fiction (I, Robot, The Dark Knight, Transformers 3) qui y sont tournés.

Quelques films ayant pour cadre la ville de Chicago :

1930 : The Front Page, de Lewis Milestone
1932 : Scarface, de Howard Hawks
1957 : Beginning of the End, de Bert I. Gordon
1967 : L’Affaire Al Capone, de Roger Corman
1973 : L’Arnaque, de George Roy Hill
1980 : Des gens comme les autres, de Robert Redford
1980 : The Blues Brothers, de John Landis
1983 : Risky Business, de Paul Brickman
1986 : La Couleur de l’argent, de Martin Scorsese
1987 : Les Incorruptibles (The Untouchables), de Brian De Palma
1989 : Quand Harry rencontre Sally, de Rob Reiner
1990 : Maman, j’ai raté l’avion, de Chris Colombus
1991 : Backdraft, de Ron Howard
1992 : Wayne’s World, de Penelope Spheeris
1993 : Mad Dog and Glory, de John McNaughton
1993 : Le Fugitif, d’Andrew Davis
1996 : Peur primale, de Gregory Hoblit
1997 : The Blues Brothers 2000, de John Landis
1998 : U.S. Marshals, de Stuart Baird
1998 : Code Mercury, de Harold Becker
1999 : Collège Attitude, de Raja Gosnell
2002 : Les Sentiers de la perdition, de Sam Mendes
2002 : Chicago, de Rob Marshall
2003 : American Pie : Marions-les !, de Jesse Dylan
2004 : I, Robot, de Alex Proyas
2004 : Shall We Dance ?, de Peter Chelsom
2006 : Grace is Gone, de John Cusack
2009 : Public Enemies, de Michael Mann
2011 : Transformers 3 : La Face cachée de la Lune, de Michael Bay
2011 : Source Code, de Duncan Jones

Séries télévisées

Quelques séries télévisées ayant pour cadre la ville de Chicago et son agglomération :

La Vie à tout prix
Urgences
Les Incorruptibles
The Steve Harvey Show
Mariés, deux enfants
Boss
The Loop
Samantha qui ?
The Chicago Code
Prison Break
La Vie de famille
Kenan & Kel
Deuxième Chance
Le Père Dowling
Une famille presque parfaite
Générations
The Good Wife
Larry et Balki
Dossiers brûlants
Demain à la une

Évènements et festivals

En 2005, Taste of Chicago a attiré quelque 3 640 000 visiteurs. Les autres grands événements de l’année sont les festivals de blues, de country, de jazz et de gospel qui ont lieu au Millennium Park et qui rassemblent chacun environ 300 000 personnes.

Quelques festivals de musique notables:

Chicago Jazz Festival, festival annuel de musique jazz,
Grant Park Music Festival, festival annuel de musique classique,
Lollapalooza, festival annuel de musique rock,
Alehorn of Power, autre festival de rock.

Tourisme

En 2006, Chicago a attiré environ 44,2 millions de personnes arrivant de toute la nation et de l’étranger. Ces visiteurs ont rapporté 11,8 milliards de dollars à l’économie de Chicago. Les boutiques de luxe le long du Magnificent Mile, ses très nombreux restaurants et musées, ses plages au bord du lac Michigan le long de Lake Shore Drive, mais aussi son architecture éminente et propre à Chicago, continuent à fasciner les touristes. Les halls d’exposition et les grandes salles de spectacles constituent également des atouts majeurs de la ville. La partie Est d’Oak Street (entre Michigan Avenue et Rush Street), est l’une des destinations les plus prestigieuses pour l’achat à Chicago, elle comprend des chaînes de magasins de luxe, des grands centres commerciaux, et est reconnue dans le monde de la gastronomie pour ses grands restaurants.

L’une des dernières fiertés de Chicago est le Millennium Park, dont l’ouverture a été célèbrée le 16 juillet 2004. Les travaux ont commencé en juin 1999 mais le chantier fut retardé durant plusieurs années. Le Millennium Park fait partie du Grant Park, l’un des plus grands jardins publics de la ville de Chicago. Il est spécialement destiné à l’architecture et l’art contemporain.

Le Millennium Park comprend de nombreux aménagements publics tels que le McCormick Tribune Plaza, qui est un complexe comprenant un espace dédié aux expositions en plein air, et un restaurant avec terrasse extérieure qui se transforme en patinoire l’hiver, le Lurie Garden, qui se targue d’être le plus grand jardin public du monde à se trouver en plein cœur d’une mégapole, le Théâtre Harris, diverses promenades et certaines des attractions les plus populaires de la ville, avec notamment la Cloud Gate, une sculpture urbaine réfléchissante (surnommée The Bean – « Le Haricot »), qui a été réalisée par l’artiste britannique Anish Kapoor et financée par des investissements privés pour 23 millions de dollars. Haute de 10 mètres, la base de cette sculpture monumentale mesure 20 m × 13 m pour un poids total de 99,8 tonnes. Son aspect s’inspire du mercure liquide. Son extérieur poli reflète et déforme la skyline de la ville. Les visiteurs sont invités à marcher autour et en dessous de l’arche haute de 3,70 m contenant une chambre concave appelée « omphalos » qui multiplie et déforme par réverbération l’image des spectateurs.

Le kiosque à musique du pavillon de Pritzker, conçu par l’architecte Frank Gehry, est l’un des lieux en plein air les plus performants concernant les événements festifs et culturels à Chicago. Le pavillon Pritzker est un élément central du Millennium Park. Il accueille le Cœur et l’Orchestre Symphonique de Grant Park (Grant Park Symphony Orchestra and Chorus) ainsi que le Grant Park Music Festival, l’un des derniers festivals de musique classique en plein air et gratuit des États-Unis. Il accueille aussi un large éventail d’ensembles musicaux et, chaque année, une grande manifestation de spectacle vivant. Des artistes allant de groupes de rock à la musique classique en passant par des chanteurs d’opéra ont fait leur apparition au pavillon, qui accueille même des activités de fitness telles que le Yoga. Toutes les répétitions au pavillon sont ouvertes au public.

La Crown Fountain, qui fut dessinée par l’artiste catalan Jaume Plensa, représente également une attraction majeure du parc. Cette fontaine se compose d’un miroir d’eau de granite noir placé entre deux tours faites en brique de verre. Les tours, qui mesurent plus de 15 mètres de haut, sont constituées chacune d’un écran composé de diodes électroluminescente (LED) qui permettent d’afficher des vidéos numériques reproduisant ainsi les visages de Chicagoans célèbres sous forme de portrait, avec de l’eau jaillissant de leurs lèvres. De l’eau coule des deux tours sous forme de cascade intermittente à travers une buse placée sur la façade de chaque tour. La construction et la conception de la Crown Fountain a couté environ 17 millions de dollars. Lorsque le temps le permet, la fontaine est ouverte de mai à octobre.

Construit en 1929, l’Adler Planetarium est le premier planétarium du continent américain. Il a été fondé par le philanthrope Max Adler. Le Muséum Field d’histoire naturelle, abrite le plus grand squelette de Tyrannosaurus rex. Ouvert en 1893, il comprend quatre thèmes principaux, l’anthropologie, la zoologie, la botanique et la géologie. En 2005, le musée a accueilli 1,3 million de visiteurs.

Bordantes les rives du lac Michigan, les plages de Chicago sont très prisées l’été. En effet, la ville de Chicago possède environ 33 plages sur 45 km de rivage le long des rives du lac Michigan. La plus connue est sans doute celle de Oak Street Beach dans le secteur de Near North Side, à deux pas du John Hancock Center.

Le Musée de la science et de l’industrie de Chicago est la quatrième plus importante attraction culturelle de la ville, il comprend près de 35 000 œuvres et a accueilli 1,67 million de visiteurs en 2007. Fréquenté chaque année par plus de huit millions de visiteurs, le Navy Pier est inscrit depuis le 13 septembre 1979 sur la liste du National Register of Historic Places. Sa grande roue de 46 mètres offre une vue exceptionnelle sur les immeubles du quartier financier, surtout de nuit. Son Ferry au nord de Grant Park en bordure du lac Michigan est l’une des attractions les plus visitées dans toute la région du Middle West, attirant environ 8,7 millions de personnes chaque année. Le centre culturel historique de Chicago, servant à l’origine de bibliothèque publique de Chicago, abrite maintenant l’office de tourisme, des galeries commerçantes, des halls d’exposition et le Preston Bradley Hall dont le plafond est surmonté d’un dôme en verre de 11 m.

Fondé en 1868, le parc zoologique du Lincoln Park Zoo, abrite une grande variété d’animaux. Le zoo comprend des ours polaires, des pingouins, des gorilles, des reptiles, des singes, et d’autres espèces pour un nombre total de près de 1250 animaux. Un Quercus macrocarpa se trouve au Lincoln Park Zoo, c’est une espèce arboricole datant de 1830, soit trois ans avant que la ville de Chicago soit fondée. Il existe aussi un parcours ainsi que des endroits spécifiques à l’intérieur du parc pour divertir les enfants, comme des salles de jeux, une ferme avec des tours en chevaux et poneys. En 2005, le parc a attiré plus de 3 millions de personnes.

Enfin, la ville est la troisième plus grande destination conventionnelle des États-Unis. La plupart des conventions sont tenues à la McCormick Place, juste au sud du stade de Soldier Field.

Bâtiments, lieux et sites touristiques remarquables

La State Street est l’une des plus importantes rues touristiques de la ville, où se trouvent le Chicago Theatre et quelques studios de télévision ainsi que des grands magasins.
La Willis Tower, anciennement appelée « Sears Tower », a été le bâtiment le plus haut du monde (442 mètres et 108 étages) entre 1974 et 1998. C’est à ce jour le plus haut gratte-ciel du continent américain.
La Buckingham Fountain est une fontaine située sur Columbus Drive et Congress Parkway.
Le Wrigley Building dont l’architecture s’inspire de la tour Giralda à Séville combiné à des influences de la Renaissance française.
LaSalle St/ la rue La Salle : l’artère financière où sont situées les deux grandes bourses, la Chicago Board of Trade et la Chicago Mercantile Exchange.
Streeterville, un quartier situé dans le secteur huppé de Near North Side comprend des immeubles et boutiques de luxe, souvent des gratte-ciel.
La Crown Fountain est une fontaine interactive située au Millennium Park.
Le Navy Pier est une jetée de plus d’un kilomètre de long offrant une belle promenade sur les rives du lac Michigan.
Le Pavillon Jay Pritzker est un kiosque à musique situé au sud de Randolph Street.
Lincoln Park, le plus grand parc public de la ville et le deuxième des États-Unis après Central Park, fut nommé en mémoire du président pendant la guerre de Sécession. On y trouve le Lincoln Park Conservatory, un jardin botanique et le Lincoln Park Zoo, un parc zoologique.
La Fontaine des Grands Lacs est une fontaine en bronze de style allégorique située au sud de l’Art Institute of Chicago.
Le Théâtre Harris est une salle de spectacle d’une capacité de 1525 places, dédiée au spectacle vivant, elle se situe au Millennium Park.
La Cloud Gate (littéralement « porte des Nuages ») est une sculpture publique de l’artiste britannique Anish Kapoor située dans le Millennium Park.
Grant Park : jardins créés en 1835 et aménagés en 1893 pour accueillir l’exposition universelle. En 1901, les frères Olmsted veulent imiter les jardins de Versailles. On y trouve des institutions culturelles (dont la plus célèbre est l’Art Institute of Chicago) et des monuments (comme la fontaine Buckingham, 1927). Les Chicagoans s’y rassemblent pour les festivals de musique en été. En 2004, le Millennium Park a ouvert ses portes au public en proposant des œuvres monumentales contemporaines.
L’Historic Michigan Boulevard District est un quartier historique s’étendant autour de Michigan Avenue entre 11th Street et Roosevelt Road. Il comprend certains des bâtiments les plus prestigieux du centre de Chicago.
Oak Street est une rue commerçante qui comprend des chaînes de magasins de luxe et des grands centres commerciaux.
L’Aquarium John G. Shedd, l’un des plus importants du monde.
Le Wrigley Field, l’un des stades de baseball les plus importants en Amérique du Nord.
La Michigan Avenue, les « Champs-Élysées » de Chicago, surnommée le Magnificent Mile.

Éducation

Le Chicago Public Schools (CPS) est le district scolaire qui contrôle 613 écoles primaires et secondaires publiques dans la ville de Chicago. Il concerne quelque 426 000 élèves et est dirigé par le Chief executive officer (CEO) Ron Huberman. Comme d’autres districts scolaires urbains du pays, le Chicago Public Schools connaît des problèmes d’effectifs, de manque de moyens financiers et de difficultés de gestion. En 1987, le Secrétaire d’État à l’éducation William Bennett déclare que le Chicago Public Schools est le pire de la nation (worst in the nation). Depuis, plusieurs réformes ont été mises en œuvre afin d’améliorer cette situation : création d’un système de conseils (Local School Councils), d’écoles à charte (Charter Schools), etc. Les plus mauvais établissements sont abandonnés, les meilleurs sont agrandis et rénovés, de nouvelles écoles sont fondées.

L’archidiocèse de Chicago gère, quant à lui, les écoles catholiques de la ville. Écoles privées dont les plus réputées sont la en:Latin School of Chicago et la Francis W. Parker School dans le quartier de Lincoln Park. On peut citer également les écoles Chicago Laboratory Schools et Chicago Booth School of Business, situées dans le quartier de Hyde Park dans le South Side de la ville. L’University of Chicago Booth School of Business maintient un campus dans le centre-ville.

La ville de Chicago ne compte pas moins de 97 universités. Parmi les autres grands établissements figurent l’Illinois Institute of Technology (privée) et l’Université de l’Illinois à Chicago communément nommée UIC (publique), l’Université DePaul (privée), la plus grande université catholique du pays.

Sports

En 2006, Chicago est nommée meilleure ville des sports aux États-Unis par le magazine américain The Sporting News. La cité possède deux équipes professionnelles de ligue majeure de baseball, les Cubs et les White Sox, un club de football américain, les Bears, une équipe de hockey sur glace, les Blackhawks, et la fameuse équipe de basket-ball, les Bulls. Les Cubs jouent du côté nord de la ville, au Wrigley Field, dans le quartier de Lake View, alors que les White Sox jouent dans le quartier de Armour Square. Les White Sox ont gagné la série mondiale de la Ligue majeure de baseball en 2005. Chicago est la seule ville en Amérique du Nord qui a eu plus d’une concession de la LMB depuis la création en 1900 de la Ligue américaine. Chicago soutient, l’un des deux membres fondateurs restants en NFL, qui ont gagné neuf championnats en NFL. Les Bears jouent leurs matchs à domicile au Soldier Field en bordure du lac Michigan.

L’équipe de basket, les Bulls de Chicago, qui évolue en NBA, est l’une des plus célèbres du monde. Dans les années 1990, grâce notamment à Michael Jordan, qui en est le joueur vedette de 1984 à 1998, les Bulls remportent six championnats de NBA (1991, 1992, 1993, 1996, 1997 et 1998) en huit saisons. Les Blackhawks de Chicago de la Ligue nationale de hockey, jouent depuis 1926 et remportent quatre coupes Stanley, dont la dernière en 2009-2010. Les Bulls et l’équipe des Blackhawks ont leur stade, l’United Center, dans le quartier de Near West Side.

Trois fois vainqueurs des Séries mondiales (1906, 1917 et 2005) et de la Ligue américaine (1901, 1906, 1917, 1919, 1959 et 2005), les White Sox de Chicago, l’une des équipes les plus populaires de la LMB furent à l’origine du plus grand scandale de l’histoire du baseball, alors connu sous le nom « Black Sox ». En 1919, huit joueurs des Sox acceptent des pots de vin pour perdre les Séries mondiales. Ils seront radiés à vie. Richard M. Daley, ancien maire de Chicago, est depuis son enfance un fan inconditionnel des White Sox.

Personnalités célèbres nées à Chicago

Chicago est le lieu de naissance de nombreuses personnalités, dont certaines ont acquis une notoriété internationale.

Ainsi, le début du XXe siècle voit naître, dans une famille d’artisan charpentier domiciliée sur Tripp Avenue, celui qui devient, avec l’invention de Mickey Mouse, le maître du dessin animé, Walt Disney.

Durant les années de la prohibition, c’est un autre enfant de la ville, Eliot Ness, qui, de 1925 à 1932, livre une guerre sans merci à Al Capone, parrain de la mafia.

Les enfants de Chicago sont également présents dans l’art musical. Ainsi la ville voit naître, en 1909, un roi du swing, le clarinettiste de jazz Benny Goodman, et, en 1927, Bob Fosse, célèbre chorégraphe et metteur en scène de comédies musicales. Chicago est aussi la ville natale de Quincy Jones, et de Patricia Lee Smith, plus connue sous le nom de Patti Smith, icône de la poésie Beat des années 1960 et 1970. Née en 1968, Anastacia est célèbre pour sa voix soul et puissante. Quatre autres Chicagoans sont des stars du rap : Twista, renommé pour la rapidité de son flow, « la sale gosse » Da Brat, et Common, connu pour son écriture pacifiste et érudite. Enfin, Chicago est le lieu de naissance de la star du R’n'B, R. Kelly, dont l’influence s’exerce sur le hip-hop, le rap, le soul et le gospel.

Le cinéma est une industrie dans laquelle de nombreux natifs de Chicago s’expriment, que ce soit comme acteur (Raquel Welch, Harrison Ford, John Belushi, Robin Williams, Michael Madsen, Jessica Harper, Adam Baldwin, Virginia Madsen, Gillian Anderson, Jennifer Beals, John C. Reilly…), ou comme scénariste, réalisateur, ou producteur (Vincente Minnelli, Michael Mann, Robert Zemeckis, John Landis, Stuart Gordon, Harold Ramis, Michael Crichton…).

Le joueur d’échec Bobby Fischer, champion des États-Unis à quatorze ans en 1957-1958, qui remporte en 1972, sur fond de guerre froide, le « match du siècle » contre le Soviétique Boris Spassky, est également né à Chicago. C’est aussi le cas de Phillip Brooks, un célèbre catcheur, sept fois champion du monde, plus connu sous le nom de CM Punk.

Enfin, si Chicago est le lieu de naissance d’Hugh Hefner, fondateur du magazine de charme Playboy, la ville est également celle d’origine de trois first ladies, Betty Ford, Hillary Clinton, et Michelle Obama.

wikipedia et toute les sources d'information

Tags:

 

Faire un commentaire pour : Chicago